Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 23:01

Pollution aux PCB:

procès en mai 2012 à Paris de Chimirec et de son PDG PARIS -

 

La société de traitement de déchets industriels Chimirec, son PDG et six cadres de l'entreprise comparaîtront en mai devant le tribunal correctionnel de Paris, poursuivis pour avoir délibérément laissé partir dans la nature des déchets pollués aux PCB. La 11e chambre correctionnelle a décidé mardi, à l'occasion d'une audience de fixation, que ce procès se tiendrait sur cinq demi-journées, les 14, 15, 16, 21 et 22 mai. Les polychlorobiphényles (PCB), plus connus en France sous le nom de pyralènes, sont des dérivés chimiques utilisés à partir des années 30 et pendant des décennies dans l'industrie, comme isolants dans les transformateurs électriques, comme lubrifiants dans les turbines ou comme composants dans les peintures. La vente de produits contenant des PCB est interdite depuis 1987. Ces molécules sont très stables dans l'environnement.

Dans l'eau, elles peuvent se fixer dans l'organisme des poissons, entraînant ainsi un risque pour l'homme en cas de consommation réitérée. Le PDG de Chimirec, Jean Fixot, et six de ses cadres sont soupçonnés par l'accusation d'avoir éliminé de façon irrégulière des déchets nuisibles par la dilution d'huiles polluées aux PCB dans trois de leurs usines situées à Domjevin (Meurthe-et-Moselle), Dugny (Seine-Saint-Denis) et Grez-en-Bouère (Mayenne) sur une période s'échelonnant de 2000 à 2006.

Selon l'accusation, les prévenus auraient également exploité ces installations classées sans disposer de l'autorisation requise, fourni des informations inexactes à l'administration, voire falsifié certains documents destinés à leurs clients ou aux agences environnementales.

L'enquête avait été ouverte à la suite de dénonciations danciens salariés. En Mayenne, l'usine de Grez-en-Bouère fait de nouveau parler d'elle depuis le début de l'année 2011, suite à la découverte d'une contamination aux PCB de terres agricoles à proximité de l'usine.

Huit fermes sont placées sous séquestre depuis le début de l'année, en raison de cette pollution d'origine atmosphérique. L'usine avait été contrainte par la préfecture de réduire sa production, mais a obtenu en août le droit de reprendre une activité à 100%, à titre provisoire. L'usine de Mayenne dont le nom est Aprochim, société du groupe Chimirec, a proposé un protocole d'indemnisation aux agriculteurs, mais certains ont porté plainte. Le parquet de Laval se refuse à communiquer sur les suites données à ces plaintes.

 

(©AFP / 13 septembre 2011 16h49)

 

www.romandie.com

Partager cet article

Repost0
6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 22:25

chimirec.png

 

 

P2

 

P3.pngP4.pngP5.pngP6.pngP7.pngP8.pngP9.jpgP10.jpgP11.jpgP12.jpgp13.png

Partager cet article

Repost0
6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 00:00

1B.png

 

 

3B.png4B.png5B.png6B.png7B.png8B.png9B.png10B.png11B.png12B.png13B.png14B.png15B.png16B.png17B.png18B.png19B.png20B.png21B.png22B.png23B.png

Partager cet article

Repost0
5 août 2011 5 05 /08 /août /2011 13:47

Reportage de Sébastien CHENOVE sur France BLEUE ISERE du 25 juillet 2011.

 

Pour votre information, vous pouvez écouter les affirmations de Monsieur RIVAL, Conseiller Général et Président du Comité consultatif CHIMIREC , et de Monsieur JANVIER, directeur CHIMIREC CENTRE EST.

 

Malgré l’absence d’autorisation préfectorale au panneau d’affichage de la mairie de BOUVESSE QUIRIEU, ces Messieurs semblent être très affirmatifs et annoncent les premiers coups de pioche dès le mois d’Octobre !

 

Nos élus, manipulant et minimisant les risques concernant l’implantation de cette plateforme CHIMIREC dans cette zone inadaptée et surtout non habilitée, nos élus donc ASSUMERONT ils pleinement leurs responsabilités en cas d’accidents ultérieurs ?

 

Nous espérons que la capacité de 30 000 tonnes autorisée à CHIMIREC ne sera pas doublée dans les années à venir comme à Montmorot ( voir régularisation accordée par la Préfecture du JURA en juillet 2008 ! )

 

Affaire à suivre donc mais jugez plutôt par vous même :

 

 


Téléchargez Chimirec- Notre Position
par Sans Nature pas de Futur

(Lecteur alternatif) 


 


Téléchargez Chimirec - L'avis du Conseiller Général
par Sans Nature pas de Futur

(Lecteur alternatif) 


 


Téléchargez Chimirec- L'avis du Président Chimirec
par Sans Nature pas de Futur

(Lecteur alternatif) 

Partager cet article

Repost0
23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 12:49

 

 

Le 23 juillet 2011 - Montalieu-Vercieu

  

A ce jour, notre association dénonce toujours le projet d’implantation d’un site CHIMIREC (sur la commune de Bouvesse-Quirieu 38390) : tri, transit, stockage et prétraitement de déchets industriels dangereux, dans une zone non qualifiée, ARTISANALE, à 220m des premières habitations de BOUVESSE QUIRIEU, mais également à 440m du four de VICAT, cimenterie devenue unité de revalorisation énergétique qui fonctionne, depuis l’autorisation préfectorale de 2006 en incinérant des déchets industriels dangereux communément appelés combustibles secondaires , fournis par TREDI, CHIMIREC  et autres….

Projet présentant initialement 153 D.I.D ( déchets industriels dangereux ) ,uniquement des huiles noires et des batteries !!

A l’enquête publique, plus de 400 D.I.D. sont référencés ! sérieuse différence !

Or, nous subissons déjà  suffisamment de nuisances industrielles atmosphériques avec la cimenterie sans avoir eu communication des analyses d’air en sortie de cheminée, malgré plusieurs demandes.

Certains élus, juges et parties dans cette affaire pensent avec désinvolture qu’avec ce que nous subissons déjà, nous pourrions accepter ce supplément de pollution !

Ils se trompent !

Ne plus lutter contre cette implantation nuit gravement à notre santé et notre environnement !

Nous comptons  plus que jamais sur nos adhérents et sympathisants.

 

Association "Sans Nature pas de Futur" .

Partager cet article

Repost0
13 juillet 2011 3 13 /07 /juillet /2011 11:08

 

Chers(es) adhérents (es),

Après X appels ; nous venons d’apprendre de Mme BATONNA que le CODERST avait donné son accord pour l’implantation CHIMIREC à BOUVESSE QUIRIEU !!!!

Bien sur, nous nous attendions à cette catastrophe !!!!

 

Nous allons réfléchir à la tournure des évènements et en attendant, nous allons guetter l’autorisation d’’exploiter que délivrera forcément notre préfet, Mr  LE DOUARON.

 

Cordialement, Le Bureau

Partager cet article

Repost0
6 juillet 2011 3 06 /07 /juillet /2011 20:20

Communication importante :

La DREAL  signale que le CONSEIL NATIONAL DE PROTECTION DE LA NATURE donnait son feu vert pour la destruction/dérangement d’espèces protégées en échange de mesures compensatoires sans préciser lesquelles !!

Ceci est un fait nouveau qui a motivé Mr LE DOUARON, PREFET de L’ISERE  afin que notre important dossier passe au CODERST ce jeudi 7 juillet 2011 à GRENOBLE.

Bien entendu, suivant les délibérations , nous RISQUONS éventuellement de voir afficher  l’autorisation d’exploiter accordée à CHIMIREC !!!!

A l’endroit habituel à la MAIRIE DE BOUVESSE QUIRIEU,  derrière la photocopieuse peut être…….

 

Mais n’anticipons pas, restons positif ,  à suivre…….

 

Pour ceux qui n’ont pas lu le Dauphiné Libéré de dimanche, à MORESTEL, pour les 40 ans de la FRAPNA et où de nombreuses associations environnementales étaient présentes, Monsieur RIVAL, a bien voulu reconnaître qu’il se définissait lui- même comme un PRIMATE IMPERMEABLE A L’ ENVIRONNEMENT !

Les oppositions sont claires sur l’ EPR, le canal RHIN RHONE, CHIMIREC à BOUVESSE QUIRIEU, la création d’une autoroute ou de CENTER PARCS «  vous voyez donc l’immensité du travail qu’il vous reste à faire ; les mecs comme moi , c’est la justification de votre existence «  !!

 

SANS COMMENTAIRE

Partager cet article

Repost0
3 juillet 2011 7 03 /07 /juillet /2011 21:36

source : www.paysdescouleurs.fr

 

 


AVIS APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE SIMPLIFIE

 
Nom et adresse de l’organisme acheteur :
Communauté de Communes du Pays des Couleurs
574 rue Paul Claudel
38510 - MORESTEL
Tél 04.74.80.23.30 fax 04.74.80.40.39


Objet du marché :
Maîtrise d’oeuvre pour l’Extension et la Requalification de la ZA de BOUVESSE-QUIRIEU
Type de procédure
MAPA – article 28 du CMP.
Date limite de réception des offres :
Le 30 juin 2011 à 12 heures
Caractéristiques et choix des offres :
Le déroulement de la procédure est détaillé dans le règlement de consultation et le
CCAP.
téléchargeables sur le site www.lepaysdescouleurs.fr
Ou peut être demandé par e-mail à finances@lepaysdescouleurs.fr
Ou par fax
Date d’envoi à la publication : 01/06/ 2011

 

source : link

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

rubrique  MARCHES PUBLICS

 

Avis d’appel public à la concurrence : maîtrise d’œuvre pour l’extension et la REQUALIFICATION de la Z A de Bouvesse-Quirieu

 

REGLEMENT DE LA CONSULTATION :

 

Article 1 : cadre de la mission : BOUVESSE QUIRIEU

 

Article 2 : Objectif de la mission

 

L’objectif de ce marché est de requalifier la zone artisanale de BOUVESSE QUIRIEU en redimensionnant une voie, tous les réseaux ainsi que la défense incendie et en intégrant une réflexion sur la circulation mixte camion/véhicules légers sur cette voie ainsi que sur la desserte d’ UNE NOUVELLE IMPLANTATION.

 

Les travaux envisagés sont estimés à  255 000.00 euros !!!!!!!!!!!!!!!!

Partager cet article

Repost0
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 11:15

Petite bonne nouvelle : "Notre répit" est prolongé de 6 mois à compter du 16 mai 2011 jusqu'au 16 novembre 2011 par arrêté préfectoral du 4 mai 2011 et affiché en Mairie de Bouvesse courant du mois de mai 2011

P1060273.JPG

 

P1060274.JPG

 

P1060275.JPG 

 

P1060276.JPG

Partager cet article

Repost0
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 09:25

Nous mettons en ligne ce commentaire que nous avons reçu lors de l'émission de l'article du Canard enchaîné du 1er juin 2011.

A méditer !!!!

 

STUPEFACTION EN MAYENNE

Trois associations environnementales et d’agriculteurs réagissent.
Grez en Bouère : l’activité de la société APROCHIM va reprendre à plein régime alors que la pollution aux PCB qui frappe le secteur sévit toujours !

En pleine pollution aux PCB, l’Etat autorise, en l’absence de tout plan de surveillance et d’indemnisation des agriculteurs, la reprise de l’activité à plein régime de la société APROCHIM, qui est à l’origine de cette pollution. Après avoir joué le jeu de la concertation, une association d’agriculteurs locaux, Terre et Vie d’Anjou, et deux associations environnementales agréées, Entre Taude et Bellebranche et Mayenne Nature Environnement, n’acceptent plus d’être menées en bateau par l’industriel et l’Etat.

Depuis près 5 mois, agriculteurs et habitants vivent au rythme d’une pollution au PCB toujours non maîtrisée. Des agriculteurs ne peuvent plus vendre leur lait au gré des contrôles négatifs ou positifs qui alternent et alterneront encore longtemps. Des éleveurs de viande ayant pour la plupart fait le choix d’élevages extensifs privilégiant la qualité sont en cessation d’activité. Il en va de même pour les agriculteurs ayant fait le choix de la vente directe qui ont perdu la confiance de leurs clients. Tous ne savent plus ce que vaut encore leur outil de travail. De leur côté les habitants s’interrogent toujours sur l’impact de la pollution sur leur santé puisqu’aucune analyse humaine n’a été acceptée alors que l’AFSA a déterminé en 2010 des normes d’imprégnations critiques aux PCB.
C’est donc avec stupéfaction que les représentants d’ « Entre Taude et Bellebranche », de « Terre et Vie d’Anjou » et de Mayenne Nature Environnement, associations siégeant à la Commission Locale Information et de Surveillance (CLIS) de la société APROCHIM, ont appris ce jeudi 26 mai que l’activité de l’usine allait reprendre à plein régime.


Depuis début janvier, date de la découverte de la pollution, les trois associations avaient travaillé en concertation avec la Préfecture pour définir précisément l’aire géographique touchée, comprendre le processus de pollution du territoire, envisager les améliorations techniques permettant de concilier l’outil industriel et la protection de l’environnement, réfléchir à un protocole d’indemnisation des agriculteurs touchés et vérifier l’état sanitaire de la population.


Le 17 mai, l’étude commandée à INERIS (Institut National de l’Environnement Industriel et des Risques) par la Préfecture, nous a enfin été transmise. Son verdict est sans appel. Les analyses menées par le cabinet Axe pour le compte d’APROCHIM depuis de nombreuses années et, récemment, dans le cadre de la pollution, n’ont pas été réalisées dans les règles de l’art et conduisent toutes à minimiser l’impact réel de la pollution. En conséquence de quoi l’INERIS refuse de valider le nouveau plan de surveillance proposé par la société APROCHIM.


L’INERIS fait aussi le constat que la baisse de 50% de l’activité d’APROCHIM décidée en urgence par la préfecture ne s’est traduite dans l’environnement local que par une baisse de 20% des retombées atmosphériques. En parallèle, les mesures de filtrage de fumée récemment testées se sont avérées inefficaces au point qu’il a été décidé que de nouveaux filtres seraient installés en mai et en juin.


En réalité, la pollution continue et n’a jamais été réellement contenue. C’est dans ces conditions, et malgré des entretiens réguliers que nous avions eus avec le sous-préfet qui ne laissaient rien présager que le Préfet donne l’autorisation de reprise de l’activité d’APROCHIM à 100% et ce :
- en l’absence de tout plan de surveillance validé par l’INERIS et la CLIS,
- en refusant toute évaluation de l’état sanitaire de la population,
- en laissant dans l’incertitude économique et financière près de 30 exploitations du secteur (et combien d’emplois indirects ?),
- en n’ayant pas pris le temps de tester à 50% dans la durée des filtres qui ne sont d’ailleurs pas encore tous installés.


Pour mémoire, au cours des cinq derniers mois 190 analyses auront été effectuées sur les animaux… et aucune sur l’homme. 80 salariés d’APROCHIM auront pu continuer à travailler quand plusieurs entreprises agricoles se sont vues mettre sous-séquestre ou ont été gravement perturbées dans la commercialisation de leurs produits.


Pour mémoire également, de graves affaires de pollution industrielle concernant le groupe CHIMIREC, propriétaire d’APROCHIM, qualifiées de « nouveau scandale environnemental », et incluant des procédures correctionnelles, défraient les chroniques dans la presse nationale.
Les associations et la CLIS ont cru un moment être une force de proposition. Ce n’est clairement pas le cas, et les décisions, malgré les apparences de dialogue ne sont prises qu’entre l’Etat et l’Industriel. Il nous faut donc agir différemment pour que soit assurée effectivement la protection des hommes et de l’environnement, dans un contexte de légitime défense.


D’une part, Entre Taude et Bellebranche a décidé de se porter partie civile afin d’avoir accès au dossier. D’autre part nos trois associations vont tout faire pour que l’activité d’APROCHIM ne puisse pas repartir à plein régime tant qu’un plan de surveillance n’aura pas été validé par l’INERIS et la CLIS, qu’un protocole d’indemnisation soit signé et que l’état sanitaire de la population ait fait l’objet d’une étude.


C’est plus que jamais aux élus et aux services de l’Etat de savoir trouver le juste équilibre entre la protection de l’emploi et de l’économie des communes touchées, et celle de la santé humaine de leurs populations et de la qualité de leur environnement.


C’est plus que jamais aux élus et à l’Etat de garantir que justice soit faite concernant le dédommagement de cette pollution, en particulier concernant les agriculteurs, mais aussi les habitants des communes.
Nous refuserons toujours qu’un aspect soit privilégié au détriment des autres.


Contacts :
Terre et Vie d’Anjou :
Jean-Marc Guesdon 02 43 70 50 82 – 06 22 53 84 48
Entre Taude et Bellebranche :
Jean Vauzelle : 02 43 70 84 05
Mayenne Nature Environnement
Didier Bâlon : 02 43 70 61 70

Partager cet article

Repost0

Présentation De L'association

  • : Blog de Sans Nature Pas De Futur
  • : Respect de la Nature et de l'environnement sur la commune de Montalieu-Vercieu 38390 Association de protection de l’environnement et de la santé en Rhône-Alpes. Risques liés aux déchets industriels dangereux proches habitations
  • Contact