Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 octobre 2017 5 20 /10 /octobre /2017 10:30
Partager cet article
Repost0
19 mars 2017 7 19 /03 /mars /2017 10:31
CHIMIREC  et son employé : le député Thierry Solère ...
CHIMIREC  et son employé : le député Thierry Solère ...
CHIMIREC  et son employé : le député Thierry Solère ...
CHIMIREC  et son employé : le député Thierry Solère ...
Partager cet article
Repost0
6 août 2016 6 06 /08 /août /2016 10:16

Pas ou peu d'améliorations depuis ...

 

La France pollue trop son air

Alors que les alertes à la pollution se multiplient, l’Europe menace de poursuivre la France en justice pour non-respect des règles. Notre pays pourrait se voir infliger une amende de 300 000 € par jour !

 

FREDERIC MOUCHON | Publié le 19.02.2011, 07h00

Une nouvelle alerte à la pollution a été déclenchée hier après-midi en Ile-de-France, du fait d’une concentration excessive de particules fines dans l’air à Paris et au nord de la petite couronne. L’atmosphère était tout aussi irrespirable hier dans le Bassin lyonnais. Et, depuis mercredi, le seuil d’information des épisodes de pollution a été nettement abaissé par la préfecture de Rhône-Alpes afin de limiter les risques sanitaires et surtout de s’adapter à la réglementation européenne.

Car en la matière la France fait partie des mauvais élèves de l’UE. Trois à 4 millions de Franciliens respirent chaque année un air trop pollué. Et de nombreuses agglomérations, du nord au sud de l’Hexagone, dépassent depuis des années les seuils fixés par Bruxelles. Lassée de faire les gros yeux à la France, qui « n’a pas remédié de manière efficace aux émissions excédentaires de minuscules particules en suspension dans l’air », la Commission européenne, envisage des poursuites devant la Cour de justice européenne, et fait planer la menace d’une amende journalière record de150000 à 300000 € par jour! L’an dernier, 11 agglomérations* ont dépassé plus de 35 fois les normes de particules fines. Ces micropoussières cancérigènes, émises par les véhicules diesel, le chauffage et l’industrie, seraient responsables chaque année de 42000 morts prématurées en France, selon l’Organisation mondiale de la santé!

« En octobre dernier, nous avons demandé à la France de se conformer aux règles de l’Union et de prendre des mesures avant deux mois, souligne Jo Hennon, porte-parole de la Commission européenne, en charge de l’Environnement. La France nous a demandé une dérogation jusqu’en juin, mais nous ne sommes pas convaincus que les normes seront respectées d’ici-là. » « Si l’on se réfère aux contentieux précédents, la pollution de l’air pourrait coûter entre 50 et 100 M€ aux contribuables français », estime Victor-Hugo Espinosa, président de l’association Ecoforum. « On fera tout pour éviter une condamnation », répond le ministère de l’Ecologie, qui affirme que « la pollution a tendance à décroître depuis 2007, grâce à des actions ciblées sur plusieurs secteurs d’activités ». Des arrêtés ont notamment été pris pour réduire les rejets des usines, et de nombreux contrôles seront effectués cette année. Mais le gouvernement compte surtout sur la mise en place d’ici à 2012 dans 8 agglomérations françaises, dont Paris et Lyon, de zones d’actions prioritaires pour l’air (Zapa), dans lesquelles les véhicules les plus polluants seront interdits.

La France vient aussi d’édicter un décret qui abaisse le seuil d’alerte en cas de pic de pollution annoncé. Les automobilistes seraient ainsi obligés de réduire leur vitesse plus souvent.

 

* Avignon, Bordeaux, Grenoble, Lille, Lyon, Marseille, Paris, Strasbourg, Toulon, zone urbaine régionale de Rhône-Alpes, île de la Réunion. Retrouvez la carte sur notre site :Leparisien.fr

 

 

Source : Le Parisien:

http://www.leparisien.fr/societe/la-france-pollue-trop-son-air-19-02-2011-1322257.php

 

 

   

Partager cet article
Repost0
5 mai 2014 1 05 /05 /mai /2014 18:00

IMG_0002.jpg

 

IMG_0001-copie-4.jpg

Vous remarquerez qu'au fil des années, ce sont toujours les mêmes qui s'attribuent les commissions les plus intéressantes, développement économique, urbanisme, finances, etc,  sans que nous puissions constater une réelle amélioration ....

Mais,  avec les communautés de communes, on peut s'interroger sur la proximité avec les citoyens !

En effet, c'est le maire et le conseil municipal qui incarnent cette proximité et non pas les communautés de communes qui s'éloignent totalement des citoyens.

A force de transférer les compétences, les mairies n'auront bientôt plus de légitimité et nos concitoyens n'auront plus aucun lien avec les élus ...

Alors, nous suivrons les seules actions officielles  de nos élus dans la presse locale : inaugurations, remises de médailles, congratulations, auto-satisfaction ...

Partager cet article
Repost0
27 avril 2014 7 27 /04 /avril /2014 13:59

 

Suivant le Dauphiné Libéré en date du 24 avril 2014, nous apprenons que Monsieur BONNARD a été réelu Président du conseil communautaire, comprenant 43 délégués qui représentent 20 communes et 32 000 habitants.

8 Vice-présidents ont été élus : 4 réelus et 4 nouveaux !

Peu de changement par rapport au précédent mandat,

sauf qu'en cette période de crise où il faut traquer la dette et réduire le gaspillage,  Monsieur BONNARD proposait  aux élus de fixer le nombre de vice - présidents  à 8  contre 7  lors du mandat précédent ! ceci afin de prendre de nouvelles compétences, on connait lesquelles ... 

Combien coute la création d'un nouveau poste ? Les contribuables apprécieront l'augmentation des frais de fonctionnement de la C.C.P.C ...

Il est INTERESSANT de savoir que c'est un nouveau venu qui a accepté de réprésenter l' ENVIRONNEMENT :

   - Monsieur BOLLEAU, maire de Sermerieu, AVOCAT de profession, est en fait depuis LONGTEMPS en AFFAIRE avec les élus de nos communes, ( SCOT ) mais, cerise sur le gâteau, également le  DEFENSEUR de la commune de Bouvesse Quirieu et de la C.C.P.C.  POUR l'implantation du site CHIMIREC à Bouvesse Quirieu ! 

Maître Alexandre BOLLEAU, DESS contentieux de l'Urbanisme et droit de la Construction, fait partie du Cabinet  Concorde Avocats - Lyon 69. Spécialiste en droit Immobilier, urbanisme, droit public et droit de la construction. Le Cabinet appartient à une génération naturellement sensible aux questions environnementales et a comme objectif constant de limiter son impact environnemental ... ( voir internet Concorde Avocats )

Pour l'avoir vu faire son job d'avocat  le 27 mars 2014 au tribunal de Bourgoin Jallieu, nous avons compris qu'il défendait ses clients, PAS LES HOMMES, PAS LES FEMMES, PAS LES ENFANTS, PAS LA SANTE PUBLIQUE, et ENCORE MOINS L' ENVIRONNEMENT !

 CHERCHEZ L' ERREUR  ? ...


Et pourtant, sur le site officel de la C.C.P.C ,  au chapitre Bienvenu, Monsieur BONNARD se dit très conscient des MENACES ENVIRONNEMENTALES,  sociales et économiques que subit notre planète ...

et au chapitre Développement économique ,  assure favoriser la création d'emplois tout en PRESERVANT la qualité de notre ENVIRONNEMENT ...  

enfin, ce qu'il en reste !

Partager cet article
Repost0
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 00:00
Avec le recul du temps, on apprécie cet article, mais effectivement, il y a bien un lien commercial ...
USINE VICAT
« Nous ne sommes pas partie prenante du projet de Chimirec »


Le 16 juillet, Michel Arquilliere (notre photo) directeur de Vicat, à Montalieu-Vercieu, a invité les membres de l'association "Sans nature pas de futur" à venir visiter son usine. « Les tracts que l'association faisait circuler contre le projet Chimirec laissaient entendre que la population subissait déjà des nuisances à cause de Vicat, et que nous étions aussi à l'origine de ce projet », indique Michel Arquilliere. L'usine, qui adapte ses fours à de multiples combustibles, valorise ses déchets en en faisant justement des combustibles de substitution. De ce fait, elle reçoit déjà des produits en provenance de Chimirec Centre-Est, tout comme d'autres sociétés spécialisées.


« Ce qui est certain, c'est qu'il y aura un lien commercial entre nous et Chimirec, affirme le directeur. On sera peut-être un de leurs clients privilégiés, puisqu'ils seront situés tout près, mais l'entreprise ne nous a pas contactés, nous ne sommes pas du tout partie prenante du projet ».


Paru dans l'édition 38B du 28/08/2009 (fcf4ddec- 

 

Nous soulignons que Vicat n'est pas à l'origine de ce projet, mais que Monsieur CHAMPIER, est salarié de cette entreprise tout en étant le maire ayant donné le permis de construire à chimirec le 5 janvier 2010 ...

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 18:34

Vraisemblablement, nos communes du nord Isère seraient rurales, si on se réfère aux nombreux comices agricoles...

Quoique, 90 hectares de terres agricoles ont été vendues à VICAT dernièrement à l'instigation de nos élus qui pleurent et se plaignent d'autre part qu' il n'y aurait plus de terres agricoles ...

Sans oublier l'agrandissement de la zone industrielle classée d'Arandon de 71 hectares en demandant des expropriations, ce qui fera en tout 142 hectares, on se demande pourquoi puisque cette zone est ... pratiquement VIDE !

Enfin, passons...

Tour d'horizon  des débats en cour dans les communes rurales :

 

Municipales : les enjeux environnementaux au cœur des communes rurales

Poursuivant son enquête, dont le premier volet a commencé à Paris et le second dans les autres grandes villes de France, Actu-environnement réalise un tour d'horizon des débats en cours dans les communes rurales. 

 

Pour lire la suite, cliquer ici :ICI

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 22:27
ACTUALITÉ > NATURE & ENVIRONNEMENT > PROCÈS CHIMIREC: RÉQUISITIONS CONTRE LE PDG JEAN FIXOT
Procès Chimirec: réquisitions contre le PDG Jean Fixot
Publié le 28-10-2013 à 20h30 - Mis à jour le 30-10-2013 à 18h45
0

Huit mois avec sursis et 20.000 euros d'amende ont été requis lundi par le tribunal correctionnel de Paris contre Jean Fixot, PDG du groupe Chimirec, spécialisé dans le traitement des déchets industriels, pour des fraudes sur l'élimination d'huiles polluées au pyralène. (c) Afp

Huit mois avec sursis et 20.000 euros d'amende ont été requis lundi par le tribunal correctionnel de Paris contre Jean Fixot, PDG du groupe Chimirec, spécialisé dans le traitement des déchets industriels, pour des fraudes sur l'élimination d'huiles polluées au pyralène. (c) Afp

Paris (AFP) - Huit mois avec sursis et 20.000 euros d'amende ont été requis lundi par le tribunal correctionnel de Paris contre Jean Fixot, PDG du groupe Chimirec, spécialisé dans le traitement des déchets industriels, pour des fraudes sur l'élimination d'huiles polluées au pyralène.

Le procureur Dominique Perrard a également requis des amendes de 100.000 euros contre trois sociétés du groupe, SAS Chimirec Est, Chimirec S.A.S et SA Aprochim, en tant que personnes morales.

La magistrate a réclamé 3 mois avec sursis et 10.000 euros d'amende contre l'ex-directeur de Chimirec Est, Daniel Baumgarten, et l'ex-président d'Aprochim, Didier Routa, et 4.000 euros d'amende contre un directeur technique recherche et développement, Patrick Sepulcre.

Elle s'en est remise au tribunal concernant le sort de deux chimistes, Yves Carrier et Christian Jamard, et a requis la relaxe d'un troisième chimiste, Mourad Mouihi.

De leurs côtés, les avocats des prévenus ont tous réclamé la relaxe de leur client. Le tribunal a mis son jugement en délibéré au 18 décembre

Le PDG, Jean Fixot, et six cadres ou ex-cadres de ce groupe international sont soupçonnés d'avoir éliminé "de façon irrégulière" des déchets par la dilution d'huiles polluées aux PCB (polychlorobiphényles) dans trois usines, à Domjevin (Meurthe-et-Moselle), Dugny (Seine-Saint-Denis) et Grez-en-Bouère (Mayenne), entre 2000 et 2006.

L'entreprise aurait ainsi, selon l'accusation, cumulé des gains avec la revente des huiles, les économies réalisées sur le coût du traitement et les subventions de dépollution.

Six des sept prévenus sont aussi poursuivis pour faux et usage de faux, pour avoir modifié ou falsifié des rapports d'activité, des registres et des bordereaux de suivi industriel, afin de cacher la réalité à l'administration et à leurs clients.

 

'Nous sommes des dépollueurs, pas des pollueurs'

 

Les dirigeants de Chimirec, tous professionnels du secteur, ont sciemment violé la loi sur les installations classées, les déchets dangereux pour des raisons financières", a dit Dominique Perrard dans ses réquisitions, en soulignant l'importance du "respect de la réglementation" dans ce secteur sensible "pour éviter les catastrophes".

"Ces pratiques qui ont perduré durant des années ont représenté un réel danger pour l'environnement, les employés des usines et les populations", a-t-elle déclaré.

Chimirec a toujours contesté les faits qui relèvent, selon la société, "d'irrégularités administratives et divergences d'interprétation d'arrêtés d'exploitation".

"Nous sommes des dépollueurs, pas des pollueurs", a lancé à la barre Jean Fixot à l'issue des débats en se disant victime de "manipulations" et "de mensonges".

"Chimirec traite 400.000 tonnes de déchets par an et on nous parle de quelques camions. Comment imaginer que mon client se serait compromis dans des économies de bout de chandelle au risque de mettre en péril son groupe", a plaidé Me Xavier Flécheux, avocat de Jean Fixot, en dénonçant "l'invraisemblance" et "l'absence d'éléments matériels" du dossier.

Dans un communiqué, le groupe a souligné que, "l'instruction n'a pas repris les faits de pollution ni d'atteinte à l'environnement" et posé la question de "la recevabilité des arguments liés au préjudice moral invoqué par les parties civiles.

Parmi ces dernières, l’Ademe (agence nationale pour l'environnement et la maîtrise de l'énergie) a réclamé 500.000 euros en réparations des dommages directs (subventions pour la collecte d'huiles indûment touchées).

France Nature environnement, Greenpeace, Écologie sans frontière, le centre national d'information sur les déchets (CIID) et le comité de protection des eaux ont réclamé chacun 100.000 euros et la Région Pays de Loire 100.000 de préjudice d'image et 200.000 de préjudice environnemental.

Enfin, l'Association de sauvegarde des vallées et de prévention des pollutions (ASVPP) 50.000 de préjudice direct et 50.000 préjudice environnemental et Mayenne Nature environnement, 50.000 euros. 

Source : http://sciencesetavenir.nouvelobs.com/nature-environnement/20131028.AFP0333/proces-chimirec-requisitions-contre-le-pdg-jean-fixot.html

          Ansi que le disait Monsieur de La Fontaine en son temps : " La raison du plus fort est toujours la meilleure " ...

 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2013 3 23 /10 /octobre /2013 21:09
La Région réclame 300 000 € à Aprochim dans l’affaire dite « des huiles »
Justice mardi 22 octobre 2013
 

 

En parallèle des procédures qui concernent la pollution aux PCB sur le site de l’usine Aprochim de Grez-en-Bouère en Mayenne, se tient le procès dit « des huiles » pour lequel les sociétés Aprochim et Chimirec sont renvoyées devant le Tribunal correctionnel de Paris. La Région s’y est constitué partie civile.

Ce procès devra juger des accusations de « fourniture d’informations inexactes à l’administration, faux et usage de faux »« Dans la suite logique des actions engagées lors de l’affaire Erika, la Région réclame une indemnisation à la fois pour atteinte à son image de marque et à sa réputation (100 000 €) et en réparation du préjudice né de l’atteinte à sa mission de protection de l’environnement (200 000 €), explique Jean-Pierre le Scornet, vice-président de la Région. Cette réparation constituerait un progrès jurisprudentiel dans la reconnaissance des préjudices environnement

 

Source : http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-La-Region-reclame-300-000-a-Aprochim-dans-l-affaire-dite-des-huiles-_40771-2241943-pere-pdl_filDMA.Htm

 

Précision importante : 

Ces fameuses huiles non traitées par Aprochim sont incinérées par les cimenteries.....

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 11:44
La pollution de l’air extérieur classée comme cancérigène par l’OMS
Par Les Echos | 17/10 | 12:59 | mis à jour à 18:57 | 12commentaires

+ VIDEO et INFOGRAPHIE - Selon une agence spécialisée de l’Organisation mondiale de la santé, il existe des preuves suffisantes pour conclure que l’air que nous respirons a été contaminé par un mélange de substances qui provoque le cancer du poumon.

Les données les plus récentes dont disposent l’IARC montre qu’en 2010, 223.000 personnes étaient décédées d’un cancer du poumon en lien avec la pollution de l’air. - AFP
Les données les plus récentes dont disposent l’IARC montre qu’en 2010, 223.000 personnes étaient décédées d’un cancer du poumon en lien avec la pollution de l’air. - AFP

Le Centre International de Recherche sur le Cancer (IARC), une agence spécialisée de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a annoncé jeudi qu’elle classifiait la pollution de l’air extérieur comme cancérigène. « Les experts ont conclu (...) qu’il existe des preuves suffisantes pour dire que l’exposition à la pollution de l’air extérieur provoque le cancer du poumon. Ils ont également noté une association positive avec un risque accru de cancer de la vessie », a précisé l’IARC dans un communiqué .

Telles sont les conclusions auxquelles sont parvenus les experts, réunis pendant plusieurs jours à Lyon pour analyser des études portant sur des milliers d’hommes et de femmes suivies pendant plusieurs décennies, a précisé le docteur Dana Loomis, lors d’une conférence de presse à Genève.

La pollution CO2 dans le monde (pour agrandir la carte, cliquez ici )

La pollution de l’air extérieur classée comme cancérigène par l’OMS

Pour l’instant, les données n’ont pas permis d’établir si un groupe particulier de la société (femmes ou hommes, jeunes ou âgés) était plus vulnérables. Mais « les personnes les plus exposées (à l’air pollué, ndlr) sont les plus vulnérables », a relevé pour sa part le docteur Kurt Straif du IARC. « L’air que nous respirons a été contaminé par un mélange de substances qui provoque le cancer », a-t-il ajouté.

Les principales causes de pollution de l’air extérieur sont les transports, en particulier le trafic routier (gaz d’échappement des moteurs Diesel), la production d’énergie, et les émissions industrielles (solvants, métaux) et agricoles. Le gazole et les particules fines ont été classés « cancérigène certain » en 2012.

Une étape importante 

Pour le directeur de l’IARC, le docteur Christopher Wild, « la classification de la pollution de l’air extérieur comme cancérigène pour l’homme est une étape importante », soulignant qu’Il « existe des moyens efficaces pour réduire la pollution de l’air et, qu’étant donné l’ampleur de l’exposition des populations dans le monde entier, ce rapport devrait envoyer un signal fort à la communauté internationale pour agir sans délai ».

Les données les plus récentes dont dispose l’IARC montrent qu’en 2010, 223.000 personnes étaient décédées d’un cancer du poumon en lien avec la pollution de l’air. L’IARC publiera ses conclusions de façon plus détaillée la semaine prochaine dans la célèbre revue médicale britannique « The Lancet ».

Asthme, bronchites...

Les conclusions des experts de l’IARC rejoignent en partie celles de l’Agence européenne de l’environnement (AEE). Dans un rapport publié mardi 15 octobre,l’AEE estime en effet que la pollution atmosphérique demeure à des niveaux jugés dangereux dans de nombreuses régions de l’Union européenne et est responsable de décès précoces, de troubles de la santé et de dégâts sur l’écosystème.

 

Selon une étude du Commissariat général au développement durable (CGDD), la pollution de l’air coûte chaque année entre 825 millions et 1,7 milliard d’euros au système de soins français . A lui seul, le coût des « asthmes environnementaux » (entre 400.000 et 1,4 million cas par an) se situe entre 335 millions et 1,1 milliard d’euros. Suivent les bronchites aiguës (950.000 nouveaux cas), les bronchites chroniques (134.000 cas), et les broncho-pneumopathies chroniques obstructives (entre 26.000 et 39.500 cas).

 

link

 

 

 

LIRE AUSSI :

Source : AFP

 

Source : http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0203073680950-l-oms-classe-la-pollution-de-l-air-exterieur-comme-cancerigene-619304.php

Partager cet article
Repost0

Présentation De L'association

  • : Blog de Sans Nature Pas De Futur
  • : Respect de la Nature et de l'environnement sur la commune de Montalieu-Vercieu 38390 Association de protection de l’environnement et de la santé en Rhône-Alpes. Risques liés aux déchets industriels dangereux proches habitations
  • Contact