Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 octobre 2017 5 20 /10 /octobre /2017 10:36
Repost 0
20 octobre 2017 5 20 /10 /octobre /2017 10:30
Repost 0
19 juin 2017 1 19 /06 /juin /2017 14:38

 CHIMIREC bientôt dans le nord Isère ...

On ne se lasse pas de relire les articles concernant cette société qui avait fait état de NOMBREUSES REFERENCES dans son dossier pour obtenir une autorisation de s'implanter dans l'Isère, afin de s'agrandir ! EXPLICATIONS :

Du 16 juin au 19 juillet 2008,le Préfet du Jura ouvrait une enquête publique d'autorisation d'augmenter la capacité de réception de déchets traités par CHIMIREC Montmorot ( ouvert en 2001 ).

En fait, Il s'agissait d'une REGULARISATION car CHIMIREC travaillait illégalement sur un tonnage de 23 000 tonnes/an alors que le site était classé pour 11 000 tonnes ... 

 ( www.montmorot.fr/.../Comptes_ rendus_ Conseils_Municipaux/Compte-rendu-conseil-municipal-du-8-juillet-2008.pdf-_)

Malgré cette régularisation, CHIMIREC devait trouver une autre zone industrielle classée pour l'accueillr et se développer ...

Il semblerait que les hauts responsables et les élus qui ont autorisé CHIMIREC à s'installer à BOUVESSE QUIRIEU avaient de la peau de saucisson devant les yeux pour ne pas être informés des activités empoisonnantes de cette société, dans plusieurs sites, durant plusieurs années ...

Contrairement aux affirmations d'un élu qui affirmait en mars 2015" que ce n'est pas parce qu'on a triché un jour qu'on recommencera " ...

Magouille un jour, magouille toujours !

 

  articles-aprochim-LE-CANARD-ENCHAINE-JUIN-2013-copie-1.jpg

Repost 0
Published by Sans Nature pas de Futur - dans Articles de presse
commenter cet article
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 18:06

6 ème ANNIVERSAIRE de la parution de l'article ci dessous !

à relire sans modération ...

 

  4973840683_739001f508.jpg

 

 

"Un gratin Dauphinois d'ordures mijote en pleine nature"

 

Entre site nucléaires et usines à déchets toxiques, les élus d'un canton de l'Isère accueillent à bras ouverts une poubelle géante.

 

numerisation0010-copie-1.jpg

 

numerisation0008-copie-3.jpg

 

numerisation0013-copie-1.jpg

 

Source du Canard Enchaîné le 1er juin 2011.

Avec le recul du temps, on mesure l'inconscience des principaux responsables de ce " gratin dauphinois d'ordures "  qui présentaient CHIMIREC , comme un projet SUR et INNOVANT suivant la réunion inter-mairie du 4 juillet 2008  !

sauf qu'un des principaux acteurs de ce feuilleton s'empressait de déménager son entreprise de transports  dans la zone industrielle classée d' Arandon et déclarait ne pas vouloir de cette installation classée à ses côtés  ...

 

Repost 0
Published by Sans Nature pas de Futur - dans Articles de presse
commenter cet article
19 mars 2017 7 19 /03 /mars /2017 10:31
CHIMIREC  et son employé : le député Thierry Solère ...
CHIMIREC  et son employé : le député Thierry Solère ...
CHIMIREC  et son employé : le député Thierry Solère ...
CHIMIREC  et son employé : le député Thierry Solère ...
Repost 0
6 août 2016 6 06 /08 /août /2016 10:16

Pas ou peu d'améliorations depuis ...

 

La France pollue trop son air

Alors que les alertes à la pollution se multiplient, l’Europe menace de poursuivre la France en justice pour non-respect des règles. Notre pays pourrait se voir infliger une amende de 300 000 € par jour !

 

FREDERIC MOUCHON | Publié le 19.02.2011, 07h00

Une nouvelle alerte à la pollution a été déclenchée hier après-midi en Ile-de-France, du fait d’une concentration excessive de particules fines dans l’air à Paris et au nord de la petite couronne. L’atmosphère était tout aussi irrespirable hier dans le Bassin lyonnais. Et, depuis mercredi, le seuil d’information des épisodes de pollution a été nettement abaissé par la préfecture de Rhône-Alpes afin de limiter les risques sanitaires et surtout de s’adapter à la réglementation européenne.

Car en la matière la France fait partie des mauvais élèves de l’UE. Trois à 4 millions de Franciliens respirent chaque année un air trop pollué. Et de nombreuses agglomérations, du nord au sud de l’Hexagone, dépassent depuis des années les seuils fixés par Bruxelles. Lassée de faire les gros yeux à la France, qui « n’a pas remédié de manière efficace aux émissions excédentaires de minuscules particules en suspension dans l’air », la Commission européenne, envisage des poursuites devant la Cour de justice européenne, et fait planer la menace d’une amende journalière record de150000 à 300000 € par jour! L’an dernier, 11 agglomérations* ont dépassé plus de 35 fois les normes de particules fines. Ces micropoussières cancérigènes, émises par les véhicules diesel, le chauffage et l’industrie, seraient responsables chaque année de 42000 morts prématurées en France, selon l’Organisation mondiale de la santé!

« En octobre dernier, nous avons demandé à la France de se conformer aux règles de l’Union et de prendre des mesures avant deux mois, souligne Jo Hennon, porte-parole de la Commission européenne, en charge de l’Environnement. La France nous a demandé une dérogation jusqu’en juin, mais nous ne sommes pas convaincus que les normes seront respectées d’ici-là. » « Si l’on se réfère aux contentieux précédents, la pollution de l’air pourrait coûter entre 50 et 100 M€ aux contribuables français », estime Victor-Hugo Espinosa, président de l’association Ecoforum. « On fera tout pour éviter une condamnation », répond le ministère de l’Ecologie, qui affirme que « la pollution a tendance à décroître depuis 2007, grâce à des actions ciblées sur plusieurs secteurs d’activités ». Des arrêtés ont notamment été pris pour réduire les rejets des usines, et de nombreux contrôles seront effectués cette année. Mais le gouvernement compte surtout sur la mise en place d’ici à 2012 dans 8 agglomérations françaises, dont Paris et Lyon, de zones d’actions prioritaires pour l’air (Zapa), dans lesquelles les véhicules les plus polluants seront interdits.

La France vient aussi d’édicter un décret qui abaisse le seuil d’alerte en cas de pic de pollution annoncé. Les automobilistes seraient ainsi obligés de réduire leur vitesse plus souvent.

 

* Avignon, Bordeaux, Grenoble, Lille, Lyon, Marseille, Paris, Strasbourg, Toulon, zone urbaine régionale de Rhône-Alpes, île de la Réunion. Retrouvez la carte sur notre site :Leparisien.fr

 

 

Source : Le Parisien:

http://www.leparisien.fr/societe/la-france-pollue-trop-son-air-19-02-2011-1322257.php

 

 

   

Repost 0
Published by Sans Nature pas de Futur - dans Articles de presse
commenter cet article
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 14:37

      Vu sur le site du Dauphiné Liberé - également France 3 Alpes

Société | Déchets australiens :

Le 26 mai 2014, TREDI a annoncé qu'elle avait été choisie par le groupe ORICA pour traiter et INCINERER son stock historique de 15 000 tonnes de HCB ( interdit en France et en Europe  depuis 1981 ) et dont l'exportation est INTERDITE par la Convention de Bâle.

En REALITE, la convention de Bâle AUTORISE l'exportation des HCB en cas de circonstances exceptionnelles, comme l'incapacité du pays d'origine à traiter ses déchets.

Mais, des DEROGATIONS sont délivrées, ce qui n'est pas justifié, c'est pour cela que le Danemark et l'Allemagne ont refusé ces importations de HCB !

En Australie,  les habitants ne veulent pas d'incinérateur !

et les FRANCAIS, leur a t'on demandé leur avis ?

Nous savons tous que les normes concernant les rejets en sortie de cheminées doivent être réevaluées pour assurer une réelle protection contre la pollution atmosphérique industrielle ! respirer nuit gravement à la santé à proximité d'un incinérateur !

A part les industriels qui ont signé ces contrats en pratiquant le chantage à l'emploi, qui profite réellement de ces tambouilles juteuses de recyclage ?

On peut remarquer avec indignation que notre pays semble devenir la poubelle du monde !

Suivant Marianne n°892, le business des déchets est en pleine expansion ! Ca rapporte GROS et ça pollue BEAUCOUP ...

SALAISE-SUR-SANNE

 

Déchets australiens : chaque partie campe sur ses positions

 Pour le moment, Tredi est toujours dans l’attente du feu vert des autorités françaises pour traiter

Haut du formulaire

1

2

3

45

Bas du formulaire

Face à la polémique qui enfle, portée par les associations environnementales et par certains élus quant à l’arrivée annoncée de déchets australiens à Salaise-sur-Sanne, Tredi a décidé, mardi, d’organiser un comité de pilotage exclusivement sur ce dossier. Outre Tredi, la Dreal [Directions régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement], la commune de Salaise-sur-Sanne et l’association Vivre ont participé à cette réunion.

Alors que le dossier est toujours examiné par les services de l’État qui doivent se prononcer sur sa faisabilité, Tredi a profité de ce comité pour faire le point sur la situation. Pour cela, l’entreprise avait invité Ron Mac Dowall, aujourd’hui consultant, qui a notamment travaillé sur la rédaction de la convention de Bâle réglementant le transport des déchets toxiques.

Déchets importés et « volonté politique »

« In fine, M. Mac Dowall a convenu que l’absence d’installation adaptée en Australie pour traiter ce genre de déchets est due à un manque de volonté politique du gouvernement, face aux habitants qui ne veulent pas d’incinérateur, d’où l’importation de ces déchets » insiste pour sa part Jean-Luc Perouze pour “Vivre”.

L’association de défense de l’environnement est toujours farouchement opposée à ce projet et au transport par mer du HCB, jusqu’au Havre (via Singapour, Suez et le Portugal selon Tredi), ce produit s’avérant extrêmement dangereux pour les fonds marins. Vivre assure également que Tredi « a tout fait pour essayer de nous convaincre en évoquant l’avenir des emplois sur le site, le développement de la zone industrialo-portuaire, le savoir-faire de l’entreprise ».

Une réunion plus large avec l’ensemble des associations et des élus des communes concernées se situant autour du site a suivi le comité de pilotage. A priori sans convaincre pour autant la majorité des participants « qui a demandé que ces déchets soient bien traités en Australie » assure Jean-Luc Pérouze.

 

 

Repost 0
Published by Sans Nature pas de Futur - dans Articles de presse
commenter cet article
5 mai 2014 1 05 /05 /mai /2014 18:00

IMG_0002.jpg

 

IMG_0001-copie-4.jpg

Vous remarquerez qu'au fil des années, ce sont toujours les mêmes qui s'attribuent les commissions les plus intéressantes, développement économique, urbanisme, finances, etc,  sans que nous puissions constater une réelle amélioration ....

Mais,  avec les communautés de communes, on peut s'interroger sur la proximité avec les citoyens !

En effet, c'est le maire et le conseil municipal qui incarnent cette proximité et non pas les communautés de communes qui s'éloignent totalement des citoyens.

A force de transférer les compétences, les mairies n'auront bientôt plus de légitimité et nos concitoyens n'auront plus aucun lien avec les élus ...

Alors, nous suivrons les seules actions officielles  de nos élus dans la presse locale : inaugurations, remises de médailles, congratulations, auto-satisfaction ...

Repost 0
Published by Sans Nature pas de Futur - dans Articles de presse
commenter cet article
27 avril 2014 7 27 /04 /avril /2014 13:59

 

Suivant le Dauphiné Libéré en date du 24 avril 2014, nous apprenons que Monsieur BONNARD a été réelu Président du conseil communautaire, comprenant 43 délégués qui représentent 20 communes et 32 000 habitants.

8 Vice-présidents ont été élus : 4 réelus et 4 nouveaux !

Peu de changement par rapport au précédent mandat,

sauf qu'en cette période de crise où il faut traquer la dette et réduire le gaspillage,  Monsieur BONNARD proposait  aux élus de fixer le nombre de vice - présidents  à 8  contre 7  lors du mandat précédent ! ceci afin de prendre de nouvelles compétences, on connait lesquelles ... 

Combien coute la création d'un nouveau poste ? Les contribuables apprécieront l'augmentation des frais de fonctionnement de la C.C.P.C ...

Il est INTERESSANT de savoir que c'est un nouveau venu qui a accepté de réprésenter l' ENVIRONNEMENT :

   - Monsieur BOLLEAU, maire de Sermerieu, AVOCAT de profession, est en fait depuis LONGTEMPS en AFFAIRE avec les élus de nos communes, ( SCOT ) mais, cerise sur le gâteau, également le  DEFENSEUR de la commune de Bouvesse Quirieu et de la C.C.P.C.  POUR l'implantation du site CHIMIREC à Bouvesse Quirieu ! 

Maître Alexandre BOLLEAU, DESS contentieux de l'Urbanisme et droit de la Construction, fait partie du Cabinet  Concorde Avocats - Lyon 69. Spécialiste en droit Immobilier, urbanisme, droit public et droit de la construction. Le Cabinet appartient à une génération naturellement sensible aux questions environnementales et a comme objectif constant de limiter son impact environnemental ... ( voir internet Concorde Avocats )

Pour l'avoir vu faire son job d'avocat  le 27 mars 2014 au tribunal de Bourgoin Jallieu, nous avons compris qu'il défendait ses clients, PAS LES HOMMES, PAS LES FEMMES, PAS LES ENFANTS, PAS LA SANTE PUBLIQUE, et ENCORE MOINS L' ENVIRONNEMENT !

 CHERCHEZ L' ERREUR  ? ...


Et pourtant, sur le site officel de la C.C.P.C ,  au chapitre Bienvenu, Monsieur BONNARD se dit très conscient des MENACES ENVIRONNEMENTALES,  sociales et économiques que subit notre planète ...

et au chapitre Développement économique ,  assure favoriser la création d'emplois tout en PRESERVANT la qualité de notre ENVIRONNEMENT ...  

enfin, ce qu'il en reste !

Repost 0
Published by Sans Nature pas de Futur - dans Articles de presse
commenter cet article
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 00:00

Avec le recul du temps, on apprécie cet article, mais effectivement, il y a bien un lien commercial ...

USINE VICAT
« Nous ne sommes pas partie prenante du projet de Chimirec »


Le 16 juillet, Michel Arquilliere (notre photo) directeur de Vicat, à Montalieu-Vercieu, a invité les membres de l'association "Sans nature pas de futur" à venir visiter son usine. « Les tracts que l'association faisait circuler contre le projet Chimirec laissaient entendre que la population subissait déjà des nuisances à cause de Vicat, et que nous étions aussi à l'origine de ce projet », indique Michel Arquilliere. L'usine, qui adapte ses fours à de multiples combustibles, valorise ses déchets en en faisant justement des combustibles de substitution. De ce fait, elle reçoit déjà des produits en provenance de Chimirec Centre-Est, tout comme d'autres sociétés spécialisées.


« Ce qui est certain, c'est qu'il y aura un lien commercial entre nous et Chimirec, affirme le directeur. On sera peut-être un de leurs clients privilégiés, puisqu'ils seront situés tout près, mais l'entreprise ne nous a pas contactés, nous ne sommes pas du tout partie prenante du projet ».


Paru dans l'édition 38B du 28/08/2009 (fcf4ddec- 

 

Nous soulignons que Vicat n'est pas à l'origine de ce projet, mais que Monsieur CHAMPIER, est salarié de cette entreprise tout en étant le maire ayant donné le permis de construire à chimirec le 5 janvier 2010 ...

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Sans Nature pas de Futur - dans Articles de presse
commenter cet article

Présentation De L'association

  • : Blog de Sans Nature Pas De Futur
  • Blog de Sans Nature Pas De Futur
  • : Respect de la Nature et de l'environnement sur la commune de Montalieu-Vercieu 38390 Association de protection de l’environnement et de la santé en Rhône-Alpes. Risques liés aux déchets industriels dangereux proches habitations
  • Contact