Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 19:47

images.jpg

Les lobbies économiques et du BTP organisent encore une réunion à grands frais de publicité, pour tenter de ressusciter le projet d'autoroute A48 Ambérieu - Bourgoin Jallieu (réunion "ProInfras", CCI de Villefontaine, Nord Isère, 16h00 le 9 avril).


Ce projet fait partie du doublement de l'A7 (vallée du Rhône). Pourtant, la partie Grenoble – Sisteron (A51) de cet axe a été abandonné devant son inutilité, son coût, les problèmes géologiques et son impact environnemental catastrophique. Le tunnel autoroutier sous la Bastille à Grenoble vient de faire l'objet d'un avis négatif d'Enquête Publique, soulignant qu'il "aggrave incontestablement la saturation de ces voiries (accès à l'agglomération grenobloise, et notamment A480, A41) et le problème des bouchons".


Le projet d'A48 est contraire aux engagements du Grenelle de l'Environnement, à l'urgence du changement climatique, et à la qualité de vie rhônalpine. Il entraînerait la périurbanisation de l'Ile de Crémieu, générant une augmentation massive de la circulation automobile, y compris sur les axes secondaires et dans les zones rurales à proximité, avec nuisances, pollutions, et rejets de CO2.

Il couperait en deux les sites Natura 2000 du plateau du Nord Isère et annihilerait le projet de Parc Naturel Régional


Ce projet n'a aucune utilité (sauf dans la conception périmée de doubler l'A7) car la A432 permet déjà de contourner Lyon à l'est (par Saint-Exupéry) et il est directement concurrentiel au transfert modal des marchandises de la route vers le rail. Le coût énorme de l'A48, qui traverse des zones à risque géologique, obérera tout investissement dans les transports collectifs, bien plus producteurs d'emplois.


Aussi, la FRAPNA demande à l'Etat de confirmer clairement une fois pour toute l’abandon de ce projet et souhaite que l’effort soit porté sur l’amélioration du réseau routier existant (les routes nationales et départementales), le transfert sur rail des marchandises (plate-forme de chargement à Ambérieu - Leyment, Contournement Ferroviaire de l'Agglomération Lyonnaise parties nord et sud …) et du réseau ferroviaire (desserte TER, tram-train de Crémieu, voies réservées bus express …).

 

 

Contacts presse :

FRAPNA Région : Christopher Thornton – 06 80 72 70 75

Réseau Territoires France Nature Environnement :  

Jean-Paul Lhuillier – 06 81 62 20 80

Lo Parvi : Raphaël Queseda – 04 74 92 48 62

 

La FRAPNA, Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature (www.frapna.org), association Loi 1901 reconnue d'utilité publique, est membre de FNE, France Nature Environnement (www.fne.asso.fr).

Repost 0
Published by Sans Nature pas de Futur - dans A48 - Autoroute
commenter cet article
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 18:12
4347643658_2b532b69eb.jpg

Afin de sensibiliser le plus possible de monde à notre cause.
Notre association est maintenant présente sur FACEBOOK, alors n'hésitez pas à nous rejoindre, pour discuter, poser vos questions et agir ensemble pour le respect de notre environnement.
Nous comptons sur votre aide et sur votre soutien....

Contact Mireille ALEXANDRE 
Mur Association "SANS NATURE PAS DE FUTUR"


 
Repost 0
Published by Sans Nature pas de Futur - dans A48 - Autoroute
commenter cet article
19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 22:30

04012010_005.jpg

 

Présentation de l’association

 

L’association ‘Sans Nature Pas de Futur’ à pour vocation la défense de l’environnement sur la commune du Pays de la pierre et ses proches environs.

Dans la mesure de nos moyens, nous luttons contre les nuisances multiples et le non respect des lois environnementales en vigueur aussi bien du côté des administrations que du côté des usagers cela va de soit.

 

Notre association ne porte aucune étiquette politique. Nous ne demandons aucune subvention. Nous désirons avant tout conserver notre liberté de penser et d’agir.

Nous travaillons sur la mise en place d’une étude sanitaire locale de reconnaissance des pathologies existantes et à venir, potentiellement liées aux émanations des fumées industrielles rejetées notamment par la cimenterie Vicat.

 

Notre actuel combat, et pas le moindre, contrer le projet d’implantation de l’entreprise chimirec au lieu dit l’étang sur la commune de Bouvesse-Quirieu.

 

Parmi les raisons majeures de notre refus citons le réel problème d’accumulation de toxicité, le choix inadéquat du terrain retenu en zone humide, le non respect du code de l’environnement, la proximité des lieux de vie scolaire et résidentiel, le manque de transparence affiché par les élus locaux tous unis à la CCPC, le manque évident de dialogue, pourtant indispensable dans l’exercice de la démocratie, sans oublier le principe de précaution car cette entreprise n’est pas anodine. Rappelons que son activité est de collecter, stocker, trier et pré-traiter des déchets industriels dangereux.

 

Nous rappelons une fois de plus, qu’il est de la prérogative des élus de veiller à l’état sanitaire de leurs communes. A défaut ils pourraient directement être mis en cause. Certain ici nous accuse d’entretenir la psychose au sein de la population. Ceci dit les services de notre association sont fréquemment consultés par les administrés s’étonnant et se plaignant de la recrudescence des pathologies cancéreuses dans notre secteur.

Enfin nous sommes persuadés que ce projet d’implantation n’est pas compatible voir en totale contradiction avec les tentatives de développement touristique de la Vallée-Bleue.

On a érigé un système qui court à sa perte car il fonctionne sur le principe d’une croissance exponentielle et de ressources infinies dans un monde qui lui ne s’étend pas !!!

Tout le monde est concerné, notre génération, mais également nos enfants d’ici ou d’ailleurs. Cela nous arrange de pouvoir fermer les yeux ….mais aujourd’hui on ne peut tout simplement plus se le permettre. Alors effectivement nous n’avons pas fondé notre association pour être aimés ou aimable mais pour servir une véritable cause, aider à la prise en charge de conscience générale et ainsi accélérer le passage à l’acte éco-citoyen dans nos communes.

 

La planète Terre est merveilleuse, accueillante, protectrice et irremplaçable, protégeons là avec passion.

 

Merci à tous.

Repost 0
Published by Sans Nature pas de Futur - dans A48 - Autoroute
commenter cet article
15 décembre 2009 2 15 /12 /décembre /2009 00:00

Source : http://www.enviscope.com/18315-A48-autoroute-FRAPNA-Bourgoin.html





La FRAPNA pas d'accord avec le projet d'autoroute A 48 

Le projet d'autoroute A 48 prévoit une liaison entre l'A 42 Lyon-Pont d'Ain et l'A 43, Lyon Grenoble.

       La FRAPNA n’est pas d’accord avec la délibération de la CAPI  qui  en séance plénière du mardi 10 novembre un avis favorable à l’autoroute A48 destiné à relier Ambérieu en Bugey à Bourgoin-Jallieu, pour constituer un contournement large de l'agglomération lyonnaise à l'est. Le projet d'A 48 relierait l'A 42 (Lyon-Pont d'Ain) à l'A 43 (Lyon-Grenoble).

        « France Nature Environnement, la FRAPNA et ses associations locales mettront tout en œuvre pour s’opposer à l’inscription de la A48 dans le futur Schéma National des Infrastructures (SNIT) qui doit être publié par le gouvernement avant la fin de cette année » explique un communiqué de la FRAPNA.

 

      L’association souligne la contradiction entre  cette décision  et le projet de la Communauté d’Agglomération Porte de l’Isère Environnement  de mettre au point un Plan de Déplacements Urbain (PDU) et sur un "Grand Projet" Nord Isère sous le titre Ville Durable. La création de l’autoroute A 48 entraînerait une destruction majeure de la biodiversité du plateau de Crémieu classée au réseau européen Natura 2000.

      Ce projet, estime l'association, n'a pas de sens ni comme contournement Est de Lyon ni dans un hypothétique axe autoroutier Strasbourg – Grenoble – Sisteron. "Il générera par contre une urbanisation non maîtrisée du Nord Isère, et surtout une forte croissance de la circulation automobile périurbaine, alors que justement la CAPI affiche comme objectif dans son "Grand Projet" une réorientation vers les transports collectifs et vers une ville durable."

Repost 0
Published by Sans Nature pas de Futur - dans A48 - Autoroute
commenter cet article
12 décembre 2009 6 12 /12 /décembre /2009 00:00

L'

 

AUTOROUTE A 48

D'ici 2015, un nouveau barreau autoroutier devrait voir le jour : ce dernier se raccordera au nord à l'autoroute

A42, reliant Lyon à Genève (vers Ambérieu en Bugey), et au sud à l'autoroute A48 existante au niveau de la

jonction entre l’A48 vers Grenoble et l’A43 vers Chambéry. Sa longueur est de

 

50 km.

L’objectif est de construire

 

« des itinéraires alternatifs qui permettront de délester les itinéraires

autoroutiers classiques saturés, tout en autorisant la desserte de régions jusqu’ici restées à l’écart du

réseau autoroutier ».

Ce barreau autoroutier est conçu comme

 

un élément majeur de l’itinéraire Bourg-en-Bresse-Grenoble-

Valence

 

qui doit être achevé dans le cadre de la stratégie globale de réponse aux perspectives de forte

dégradation du niveau de service des autoroutes A7 et A9 à l’horizon 2020.

Deux échangeurs se situeraient sur notre secteur : un à La Balme les Grottes et un autre à Lancin (sur la

commune de Courtenay). Deux autres se situeraient à proximité immédiate

 

: un à Saint Chef et un autre

au droit du PIPA (Parc Industriel de la Plaine de l'Ain) dans l'Ain.

La section Ambérieu-Bourgoin-Jallieu de l’autoroute A48 offrira un meilleur évitement de la traversée de

l’agglomération lyonnaise et de la section Lyon-Vienne-Valence de l’autoroute du sud

 

. En permettant un

contournement large à l’Est de Lyon, elle permettra de mieux utiliser les autoroutes existantes A39 et A49 pour

les relations allant du Nord de la France vers les Alpes et l’Italie.

La décision ministérielle du 30 avril 2002, approuvant l’avant-projet sommaire, retient un

 

coût de réalisation de

722,6 Millions € TTC (environ 15 Millions d'Euros du Km).

 

Le trafic prévu est approximativement de 25 000

véhicules/jour à l'horizon 2020.

Aujourd'hui,

 

4 études complémentaires ont été lancées à la demande du Ministère afin de prendre en

compte et prévenir le plus en amont et le plus justement possible les divers effets et impacts du barreau

autoroutier sur :

- le trafic routier,

- l'activité agricole,

- l'urbanisation/le tourisme

- les sites ou futurs sites naturels protégés.

L'opportunité du diffuseur de La Balme Les Grottes sera vérifiée dans ce contexte. En effet, l'autoroute A 48 ne

doit pas susciter un développement résidentiel ou économique préjudiciable au patrimoine de la Boucle du

Rhône en Dauphiné. Elle peut accompagner par contre une valorisation de ce territoire remarquable dès lors que

les risques et effets indésirables sont maîtrisés.

Source : http://www.symbord.fr/fictel/A48.pdf

Repost 0
Published by Sans Nature pas de Futur - dans A48 - Autoroute
commenter cet article
16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 16:01

Un cocktail, très apprécié, était ensuite offert dans l'atrium alors que se poursuivaient les conversations sur ce projet que tous voudraient voir se réaliser rapidement pour le développement économique de notre région appelée à accueillir une nombreuse population - Dauphiné du 12 novembre 2009
Repost 0
Published by Sans Nature pas de Futur - dans A48 - Autoroute
commenter cet article
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 17:03

Les partisans de l'A48 : Christian Giroud, maire de Montalieu-Vercieu, Michel Gabillon, vice-président de la CCI Nord-Isère, Jean-Pierre Girard, CGPME Rhône-Alpes, Dominique Viry, ADIMER, Pierre Vial, président de Pro Infras, Pascal Villebrod, CCI Nord-isère, et Daniel Paraire, président de la CCI Nord-isère.

Tel un serpent de mer, le projet de l'A48 entre Ambérieu-en-Bugey et Bourgoin-Jallieu refait surface, réactivé par l'association Pro-Infras, alors que l'État est en train d'évaluer l'opportunité d'inscrire un certain nombre d'initiatives dans le schéma national des infrastructures de transports.

Pro-Infras regroupe les chambres de commerce et d'industrie de l'Ain et du Nord-Isère, le Medef Rhône-Alpes, la CGPME Rhône-Alpes, les fédérations du BTP de l'Ain et de l'Isère, la chambre des professions libérales de l'Ain, des associations locales d'industriels et des élus locaux.

Un projet économique
majeur pour ses partisans

L'association a réuni ses partisans, hier, à Ambérieu-en-Bugey, pour redire tous les avantages qu'elle trouve au projet qui prévoit de relier l'autoroute A42 Lyon-Genève à l'autoroute A43 Lyon-Chambéry et à l'actuel tronçon de l'A48 Bourgoin-Grenoble.

La liaison, nommée aussi "barreau autoroutier A48 Ambérieu-Coiranne", est « un projet majeur et indispensable pour le développement économique local et régional », estime-t-elle.

Parmi les arguments développés, le projet lancé depuis plus de quinze   ans constituerait un itinéraire routier alternatif permettant de désengorger la région lyonnaise et la vallée du Rhône, mais aussi de relier deux entités économiques importantes, la plaine de l'Ain et le territoire de la communauté d'agglomération Porte de l'Isère (Capi). Selon l'association, il réduirait également le trafic sur la RD1075 (route d'Ambérieu) et la D65 (route de Crémieu).

Développement durable oblige, les partisans du projet estiment également que « la desserte par l'A48 de la plateforme multimodale prévue à Ambérieu-en-Bugey assurera un report du trafic de la route sur la voie ferrée », avec « une considérable diminution des rejets des émissions de gaz à effet de serre ».

L'argument ne parvient pas à convaincre les opposants au projet, d'autant que la liaison autoroutière doit traverser le plateau de L'Isle Crémieu, entre La Balme-les-Grottes et Cessieu, un site écologique majeur proposé par l'État au réseau Natura 2000.


Un projet rétrograde pour ses opposants

« L'A48 est un projet d'aménagement rétrograde », s'insurge Raphaël Quesada, directeur de l'association Lo Parvi, soutenue notamment par la Frapna Isère. Avant de rappeler : « Les conseillers généraux des cantons de Crémieu et de Morestel se sont fait élire sur un programme électoral prônant le développement durable à travers la mise en place du parc naturel régional des Boucles du Rhône. »

La variété des milieux menacés et le développement durable ne sont pas les seuls arguments de Raphaël Quesada. « Si l'autoroute est réalisée, le miracle économique annoncé reste incertain, redoute-t-il. Les cantons de Crémieu et Morestel deviendraient les cités dortoirs de Lyon et de la plaine de l'Ain, le prix de l'immobilier continuera à grimper à une vitesse folle et les jeunes du Nord-Isère auront de plus en plus de difficultés à se loger. »

En attendant les arbitrages de l'État, la polémique continue.


REPÈRES
ILS SONT AUSSI POUR
:
La communauté d'agglomération Porte de l'Isère (Capi) doit délibérer ce soir sur le barreau autoroutier de l'A48 entre Ambérieu et Coiranne. Elle demandera à ses conseillers de se prononcer en faveur du projet estimant que « l'A48 répond aux objectifs fixés par le Grenelle de l'environnement ».
Selon la Capi, « elle permettra de lutter contre la saturation du nœud routier lyonnais et d'améliorer ainsi la sécurité routière, en particulier sur la rocade est de Lyon. À l'échelle locale, l'A48 délestera également la RD1075 et la RD65 du trafic de transit important qu'elles supportent actuellement ».
ILS SONT CONTRE
Les associations de défense de l'environnement, Frapna, Apie, Lo Parvi et France Nature Environnement, elles, s'opposent farouchement au projet. Elles estiment que
« ce projet n'a pas de sens. Il générera une urbanisation non maîtrisée du Nord-Isère, et surtout une forte croissance de la circulation automobile périurbaine, alors que justement la Capi affiche comme objectif dans son "Grand Projet" une réorientation vers les transports collectifs et vers une ville durable ». Les quatre associations promettent qu'elles « mettront tout en œuvre pour s'opposer à l'inscription de l'A48 dans le futur Schéma National des Infrastructures qui doit être publié par le gouvernement avant la fin de cette année. »

Jean-Luc COPPI
Paru dans l'édition 38B du 10/11/2009

Source : http://www.ledauphine.com/transports-l-a-48-entre-amberieu-en-bugey-et-bourgoin-jallieu-refait-parler-d-elle-l-autoroute-de-la-discorde-@/index.jspz?chaine=42&article=219495
Repost 0
Published by Sans Nature pas de Futur - dans A48 - Autoroute
commenter cet article
6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 14:22

Cette information nous a été  communiqué par Mr JUNGERS D. et nous nous permettons de la mettre en ligne pour nos adhérents.



LE SAVIEZ-VOUS ?

Une réunion de soutien à l’autoroute serait prévue le lundi 09 novembre 2009 à 17h00 à la salle Ninon Vallin à Montalieu-Vercieu.

Vous n’y êtes probablement pas officiellement invité, car seule une poignée d’élus, d’entrepreneurs… ont reçu cette invitation (Cf. Pièces jointes), mais que cela ne vous empêche pas de vous y rendre si vous avez quelque chose à soutenir.

Ce projet qui joue au serpent de mer depuis quelques années refait surface.

Insidieusement, il pointe son nez en pleine tempête économique, pour peut-être pister un financement d’Etat de circonstance qui viendrait débloquer quelques fonds que la région refuse de lâcher.

Quels sont les enjeux de ce rouleau de bitume qui se déroulerait comme une frontière, partitionnant notre territoire ? Gagner quelques minutes en évitant le second boulevard périphérique de Lyon qui relie l’autoroute de Grenoble/Chambéry à celle de Paris/Bourg en Bresse/Genève.

On parle bien de quelques minutes (15-20), et de quelques entreprises fuyant la plaine de l’Ain avec ses accès routiers, autoroutiers, ferroviaires, ses terrains dédiés aux entreprises, son centre d’affaire, son dynamisme… Si si, ne rigolez pas, ces entreprises incohérentes existent, un commissaire enquêteur planche actuellement sur la faisabilité d’un tel projet. Ce projet s’appelle « Chimirec » et cela se passe entre Bouvesse et Montalieu-Vercieu.

On pourrait remplir des pages pour expliquer ce projet autoroutier, et vous donner des bonnes raisons de sortir des rangs pour donner une opinion, votre opinion.

Mais à quoi bon puisque des « décideurs » dont des élus sont là pour faire ce travail, alors pourquoi encore une fois s’opposer, se battre contre leurs intérêts, pour nous et pour ceux qui nous succèderons…


Sinon, on peut se rendre à cette réunion, pour s’informer et pour s’exprimer ensemble.

Texte :  de Didier Jungers





Pour info : deux membres de notre association sont allés à cette réunion ce lundi 9 novembre mais n'ont pas pu franchir le seuil de la réunion.
Celle-ci était privée et nous avons été mis gentillement mais fermement à la porte. MERCI aux élus qui ne jouent pas la transparence !

Repost 0
Published by Sans Nature pas de Futur - dans A48 - Autoroute
commenter cet article

Présentation De L'association

  • : Blog de Sans Nature Pas De Futur
  • Blog de Sans Nature Pas De Futur
  • : Respect de la Nature et de l'environnement sur la commune de Montalieu-Vercieu 38390 Association de protection de l’environnement et de la santé en Rhône-Alpes. Risques liés aux déchets industriels dangereux proches habitations
  • Contact