Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 17:20

 

cliquez sur le lien: anjou mayenne environnement

Aprochim : une association parle de « déni » - Anjou Mayenne Environnement

 

logo ouestfrancefrJournal Ouest-France du mardi 11 décembre 2012

Edition : Mayenne

- Rubriques : Départementale

Suite à la réunion de la Commission locale d'information et de surveillance d'Aprochim, organisée à la préfecture le 3 décembre dernier, l'association « Entre Taude et Bellebranche » a souhaité réagir.

« Une seconde pollution est en marche. Alors que la première n'est même pas encore réglée. Jusqu'où cela va-t-il aller ? » explique Eric de Roquefeuil, l'un des porte-parole de l'association environnementale mayennaise « Entre Taude et Bellebranche ».

Cette dernière a décidé de prendre la parole, après avoir participé à la réunion de la Commission locale d'information et de surveillance (Clis) d'Aprochim, organisée à la préfecture, le 3 décembre dernier.

« Minimiser ses responsabilités »

Selon elle, il y a un véritable « déni » de la part de l'usine sud-mayennaise, spécialisée dans la dépollution de transformateurs. L'association estime qu'elle cherche à « minimiser ses responsabilités ».

Dans un communiqué, « Entre Taude et Bellebranche » explique que « des arguments d'Aprochim sont réapparus au cours de cette récente réunion, selon lesquels les feux de broussailles, de bâches usagées, d'emballages de produits phytosanitaires, etc. pourraient être à l'origine de la pollution. Or, nous tenons à rappeler que le PCB est une molécule de synthèse : en aucun cas, elle ne peut apparaître en milieu naturel. Ce déni est à l'origine de toutes les difficultés d'indemnisations. »

« Pollués à plus de 1 200 mètres »

La mise en place d'un plan de surveillance de l'environnement, l'an dernier, « a permis de découvrir rapidement la nouvelle pollution ».

L'association affirme également « qu'elle est beaucoup plus impactante que prévue. Bien au-delà des 400 mètres puisque des troupeaux sont aujourd'hui à nouveau pollués à plus de 1 200 mètres.

La pollution s'avère donc extrêmement réceptive et fragile avec une contamination des troupeaux et des fourrages très rapides ».

« Des mesures préfectorales courageuses »

L'association souligne des « mesures préfectorales courageuses.

La décision de la préfète d'interdire le traitement des transformateurs allemands est de bon sens ». À la fin de cette semaine, la structure rencontrera André Nil, le médiateur, mandaté par le ministère de l'Agriculture, pour examiner la situation des agriculteurs impactés par la pollution.

« Nous attendons aussi beaucoup de l'audit du process d'Aprochim qui sera piloté par l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris). Nous demandons également solennellement à Aprochim, et au groupe Chimirec, d'arrêter de communiquer sur le développement durable et de simili normes de qualité qui ne sont ici que poudre aux yeux. Lorsque l'usine parle, sur son site Internet, d'un traitement plus écologique de ses déchets, nous sommes vraiment outrés. »

 
cliquer sur ce logo pour accéder au site de l'association .

Partager cet article

Repost 0
Published by Sans Nature pas de Futur - dans L'Affaire Chimirec
commenter cet article

commentaires

Présentation De L'association

  • : Blog de Sans Nature Pas De Futur
  • Blog de Sans Nature Pas De Futur
  • : Respect de la Nature et de l'environnement sur la commune de Montalieu-Vercieu 38390 Association de protection de l’environnement et de la santé en Rhône-Alpes. Risques liés aux déchets industriels dangereux proches habitations
  • Contact