Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 22:44

Le procès aura lieu au mois de mai 2012 à Paris

Rappel des faits 

PARIS, 24 septembre 2008 (AFP) -

Deux sociétés spécialisées dans le traitement des déchets et cinq de ses cadres soupçonnés d'avoir écoulé des produits toxiques sans autorisation ont été récemment mis en examen par un juge du pôle santé publique de Paris, a annoncé mercredi le parquet de Paris.

Ces mises en examen ont été réalisées mi-septembre par le juge Pascal Gand dans le cadre d'une information judiciaire ouverte à Paris en mai 2006, a-t-on précisé de même source, confirmant une information de l'Est Républicain.

Parmi les mis en cause figurent deux personnes morales: la société Chimirec Est, implantée à Domjevin (Meurthe-et-Moselle) et spécialisée dans la collecte de déchets industriels et sa filiale Aprochim, consacrée au traitement des déchets spéciaux.

Ces entreprises sont soupçonnées d'avoir reçu et écoulé, entre 1999 et 2005 au moins, des produits ne figurant pas dans leur cahier des charges comme des PCB (Polychlorobiphényles).

Les PCB dont font partie le pyralène et la dioxine sont toxiques au contact comme à l'inhalation. Or, ils ont été manipulés par des salariés ne disposant pas de protection adaptée, selon une enquête de l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et la santé publique (Oclaest).

Des documents et bordereaux auraient également été falsifiés pour couvrir des opérations illicites. Le PDG des deux sociétés, Jean Fixot, l'ancien président d'Aprochim, Didier Routa, l'ancien directeur de Chimirec, Daniel Baumgarten, le directeur adjoint de cette entreprise Franck Hemstetter, et un chimiste de Chimirec, Yves Carrier, sont également poursuivis par la justice.

Les sept protagonistes du dossier, personnes morales et physiques, ont tous été mis en examen pour "élimination irrégulière de déchets nuisibles, exploitation d'installations classées sans autorisations requises, fourniture d'informations inexactes à l'administration, faux et usage de faux et obstacle à la manifestation de la vérité".

Ils ont été laissés en liberté sous contrôle judiciaire avec le versement d'une caution allant jusqu'à 40.000 euros pour les personnes morales.

L'information judiciaire comporte également un volet amiante pour lequel le chef de "mise en danger de la vie d'autrui" a été retenu par le parquet de Paris. Mais aucune personne n'est pour l'instant poursuivie pour ces faits dans le dossier, a-t-on précisé de même source.

pr/mm/asl

ENQUÊTE-DÉCHETS -

24/09/2008 19h15 - AFP --

Service : Nouvelles de France

Partager cet article

Repost 0
Published by Sans Nature pas de Futur - dans Articles de presse
commenter cet article

commentaires

tata suzanne 16/03/2012 14:35


Bravo à nos élus du nord isère qui ont oeuvré pour que chimirec s'installe à bouvesse quirieu, à 220m des premières habitations du village !


totale inconscience et non respect du principe de précaution !


ont ils vraiment mesuré les risques qu'ils feraient courir à la population en cas d'accident, d'incendie ?


30 000 tonnes de déchets industriels dangereux pour commencer ! dont une partie sera brûlée par le co incinérateur vicat !


bonjour la qualité de l'air !


 

Présentation De L'association

  • : Blog de Sans Nature Pas De Futur
  • Blog de Sans Nature Pas De Futur
  • : Respect de la Nature et de l'environnement sur la commune de Montalieu-Vercieu 38390 Association de protection de l’environnement et de la santé en Rhône-Alpes. Risques liés aux déchets industriels dangereux proches habitations
  • Contact