Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 17:34

Haut Anjou > Vendredi 14 Décembre 2012 > Château-Gontier

Entre Taude et Bellebranche : Aprochim en flagrant délit de pollution

 

Si elle s'est astreinte au silence pendant un an, «pour ne pas en rajouter», souligne Benoît Marichal, l'association entre Taude et Bellebranche a décidé de reprendre publiquement la parole, en lien notamment avec le dernier épisode de pollution au PCB constaté dans l'environnement de l'entreprise Aprochim.

Un déni insupportable

D'un point de vue moral, ETB estime le déni de l'entreprise «de moins en moins supportable. Depuis deux ans l'industriel a toujours cherché à minimiser sa responsabilité.

Lors de la CLIS du 9 octobre 2012 il admettait enfin une corrélation entre la pollution dans l'environnement et le traitement des transfos à huile.»

Mais revirement de situation à la CLIS du 3 décembre.

«Aprochim a ressorti ses arguments récurrents pointant les feux de broussailles, de bâches usagées, d'emballage de produits phytosanitaires, les travaux dans les champs, etc...»

Pour l'association, «ce déni est à l'origine de toutes les difficultés d'indemnisations.

Construit et assumé, il n'est plus acceptable et ruine le crédit des dirigeants de l'entreprise.»

ETB fait par ailleurs le constat que «l'industriel se livre dans le même temps à une guérilla judiciaire contre des membres d'associations, des anciens salariés, des hommes politiques....

Comment ce fait-il qu'il faille des années pour avoir le début d'un commencement de procès contre Aprochim quand il leur suffit de cinq mois pour clouer au pilori quiconque ose s'opposer à eux ?» Et de dénoncer : «Cette inégalité des armes est condamnable».

Entre Taude et Bellebranche demande à Aprochim et au groupe Chimirec «d'arrêter de communiquer sur le “développement durable” et de simili normes de qualité qui ne sont ici que poudre (de transfos KS) aux yeux.

On ne peut pas exiger le silence des uns et communiquer à outrance en piétinant leur détresse.»

Une pollution suivie en direct

Concernant le nouvel épisode de pollution, ETB fait d'abord remarquer la nouveauté importante : «cette fois par rapport à la première pollution nous disposons pour comprendre de mesures PCB dans l'environnement faites avant l'évènement que nous pouvons comparer à celles relevées après». Et de rappeler la chronologie : «En juin toutes les mesures PCBDL étaient retombées en-dessous de 1pg de PCB-DL dans les parcelles situées à moins de 400m de la source. La nouvelle pollution a démarré la semaine du 9 au 13 juillet et a duré au plus trois semaines. Conséquence : en septembre, les parcelles situées dans la zone des 400m sont remontées à plus de 3pg (près de 3 fois la norme) et début novembre des bêtes saines avant l'été ont été fortement imprégnées sur une exploitation témoin, entraînant la mise sous séquestre du troupeau récemment réintroduit, et situé à plus de 1200m de l'usine, montrant un impact largement supérieur aux 400m, périmètre dans lequel l'entreprise endosse sa responsabilité.»

Une pollution beaucoup plus impactante que prévue

Avec ces nouvelles données, l'association affirme : «contrairement à ce que l'on croyait la contamination n'est pas uniquement liée à une exposition longue et de faible intensité. En fait, il est désormais certain qu'un évènement relativement circonscrit dans le temps peut aussi avoir un effet très important sur le milieu agricole extrêmement réceptif et fragile avec une contamination des troupeaux et des fourrages très rapide.» S'il existe bien un plan de surveillance pour détecter la pollution, ETB regrette le décalage entre la rapidité de l'impact sur l'environnement et le temps de réaction de l'entreprise. «Parce que toutes les analyses demandent un délai de réalisation de 5 semaines incompressibles

Aprochim conteste la mise en demeure sous 8 jours de respecter les valeurs limites.» Pour ETB, «ceci pose la question cruciale suivante : comment accepter une industrie capable d'impacter très fortement son environnement en moins de 3 semaines ... quand son temps de réaction avoué est d'au moins 5 semaines ?»

Des mesures préfectorales courageuses

ETB souligne : «la décision de Mme la Préfète d'interdire le traitement des transformateurs allemands est une mesure courageuse et de bon sens, même si elle ne constitue qu'une étape.» Et de rappeler : «les collectivités, l'Etat, les associations, les riverains ont donné deux ans à la société pour mener à bien «sa mission sociale et environnementale» : traiter sans polluer et faire vivre des salariés qui sont souvent nos voisins et dont nous voyons la douleur.

Nous constatons pour l'heure son échec total.»

Et de conclure que : «Aprochim devrait recentrer ses priorités d'une communication douteuse, de réactions juridiques ultra agressives vers la recherche de véritables solutions techniques sans quoi son avenir nous paraît menacé».

Partager cet article

Repost 0
Published by Sans Nature pas de Futur - dans Aprochim - filiale de CHIMIREC
commenter cet article

commentaires

Présentation De L'association

  • : Blog de Sans Nature Pas De Futur
  • Blog de Sans Nature Pas De Futur
  • : Respect de la Nature et de l'environnement sur la commune de Montalieu-Vercieu 38390 Association de protection de l’environnement et de la santé en Rhône-Alpes. Risques liés aux déchets industriels dangereux proches habitations
  • Contact