Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 17:03

Les partisans de l'A48 : Christian Giroud, maire de Montalieu-Vercieu, Michel Gabillon, vice-président de la CCI Nord-Isère, Jean-Pierre Girard, CGPME Rhône-Alpes, Dominique Viry, ADIMER, Pierre Vial, président de Pro Infras, Pascal Villebrod, CCI Nord-isère, et Daniel Paraire, président de la CCI Nord-isère.

Tel un serpent de mer, le projet de l'A48 entre Ambérieu-en-Bugey et Bourgoin-Jallieu refait surface, réactivé par l'association Pro-Infras, alors que l'État est en train d'évaluer l'opportunité d'inscrire un certain nombre d'initiatives dans le schéma national des infrastructures de transports.

Pro-Infras regroupe les chambres de commerce et d'industrie de l'Ain et du Nord-Isère, le Medef Rhône-Alpes, la CGPME Rhône-Alpes, les fédérations du BTP de l'Ain et de l'Isère, la chambre des professions libérales de l'Ain, des associations locales d'industriels et des élus locaux.

Un projet économique
majeur pour ses partisans

L'association a réuni ses partisans, hier, à Ambérieu-en-Bugey, pour redire tous les avantages qu'elle trouve au projet qui prévoit de relier l'autoroute A42 Lyon-Genève à l'autoroute A43 Lyon-Chambéry et à l'actuel tronçon de l'A48 Bourgoin-Grenoble.

La liaison, nommée aussi "barreau autoroutier A48 Ambérieu-Coiranne", est « un projet majeur et indispensable pour le développement économique local et régional », estime-t-elle.

Parmi les arguments développés, le projet lancé depuis plus de quinze   ans constituerait un itinéraire routier alternatif permettant de désengorger la région lyonnaise et la vallée du Rhône, mais aussi de relier deux entités économiques importantes, la plaine de l'Ain et le territoire de la communauté d'agglomération Porte de l'Isère (Capi). Selon l'association, il réduirait également le trafic sur la RD1075 (route d'Ambérieu) et la D65 (route de Crémieu).

Développement durable oblige, les partisans du projet estiment également que « la desserte par l'A48 de la plateforme multimodale prévue à Ambérieu-en-Bugey assurera un report du trafic de la route sur la voie ferrée », avec « une considérable diminution des rejets des émissions de gaz à effet de serre ».

L'argument ne parvient pas à convaincre les opposants au projet, d'autant que la liaison autoroutière doit traverser le plateau de L'Isle Crémieu, entre La Balme-les-Grottes et Cessieu, un site écologique majeur proposé par l'État au réseau Natura 2000.


Un projet rétrograde pour ses opposants

« L'A48 est un projet d'aménagement rétrograde », s'insurge Raphaël Quesada, directeur de l'association Lo Parvi, soutenue notamment par la Frapna Isère. Avant de rappeler : « Les conseillers généraux des cantons de Crémieu et de Morestel se sont fait élire sur un programme électoral prônant le développement durable à travers la mise en place du parc naturel régional des Boucles du Rhône. »

La variété des milieux menacés et le développement durable ne sont pas les seuls arguments de Raphaël Quesada. « Si l'autoroute est réalisée, le miracle économique annoncé reste incertain, redoute-t-il. Les cantons de Crémieu et Morestel deviendraient les cités dortoirs de Lyon et de la plaine de l'Ain, le prix de l'immobilier continuera à grimper à une vitesse folle et les jeunes du Nord-Isère auront de plus en plus de difficultés à se loger. »

En attendant les arbitrages de l'État, la polémique continue.


REPÈRES
ILS SONT AUSSI POUR
:
La communauté d'agglomération Porte de l'Isère (Capi) doit délibérer ce soir sur le barreau autoroutier de l'A48 entre Ambérieu et Coiranne. Elle demandera à ses conseillers de se prononcer en faveur du projet estimant que « l'A48 répond aux objectifs fixés par le Grenelle de l'environnement ».
Selon la Capi, « elle permettra de lutter contre la saturation du nœud routier lyonnais et d'améliorer ainsi la sécurité routière, en particulier sur la rocade est de Lyon. À l'échelle locale, l'A48 délestera également la RD1075 et la RD65 du trafic de transit important qu'elles supportent actuellement ».
ILS SONT CONTRE
Les associations de défense de l'environnement, Frapna, Apie, Lo Parvi et France Nature Environnement, elles, s'opposent farouchement au projet. Elles estiment que
« ce projet n'a pas de sens. Il générera une urbanisation non maîtrisée du Nord-Isère, et surtout une forte croissance de la circulation automobile périurbaine, alors que justement la Capi affiche comme objectif dans son "Grand Projet" une réorientation vers les transports collectifs et vers une ville durable ». Les quatre associations promettent qu'elles « mettront tout en œuvre pour s'opposer à l'inscription de l'A48 dans le futur Schéma National des Infrastructures qui doit être publié par le gouvernement avant la fin de cette année. »

Jean-Luc COPPI
Paru dans l'édition 38B du 10/11/2009

Source : http://www.ledauphine.com/transports-l-a-48-entre-amberieu-en-bugey-et-bourgoin-jallieu-refait-parler-d-elle-l-autoroute-de-la-discorde-@/index.jspz?chaine=42&article=219495

Partager cet article

Repost 0
Published by Sans Nature pas de Futur - dans A48 - Autoroute
commenter cet article

commentaires

lolo38 12/01/2010 20:15


Qu'en feront nous le nécessaire pour faciliter le transport ferrorier en France au lieu de fermer des gares à ce genre de transport car pas rentable ?


maincourt 01/01/2010 21:09


ce projet d'autoroute n'a pas que des incidences locales.Tant que le ferroutage pour dégager l'A7 et l'A9 ne sera pas rendu obligatoire,ces 2 liaisons saturées resterontdangereuses et
accidentogénes.La solution d'une liaison de dégagement  Allemagne,Belgique,Est de la France vers Marseille et au dela par son port reste une chose necessaire à réaliseren minimisant le plus
possible les impacts sur l'environement.L'A 48 doit être aussi étudié dans cette perspective économique plus large que les interets bien réels défendus par les CCI locales


ethaboub 01/12/2009 19:00


Le développement durable ne serait il pas une conciliation des enjeux économiques sociaux et environnementaux.
Faire passer une autoroute en plein coeur d'une zone Natura 2000 et de réserves naturelles est il bien raisonnable? Favoriser des structures encourageant à long terme les transports routiers est il
bien en cohérence avec l'urgence climatique que l'on connait actuellement?
L'étude du CERTU démontrant que les autouroutes ne sont que des aspirateurs économiques vers les grans poles existant ne donnerait elle pas quelques arguments contre l'enthousiasme économique des
CCI?
Bien des questions que l'on devrait se poser sérieusement pour rentrer enfin dans une société durable et non tel qu'on l'a batie au XXème siècle...


maincourt 15/11/2009 20:17


Il est indéniable que ce projet présente de nombreux avantages économiques,il
doit être possible de trouver une solution compatible avec la potection de l'environnement.Une opposition sans propositions d'améliorations du tracé ou de contraintes à respecter me parait
stérile.Peut on prendre exemple sur le tracé de l'autoroute BOURG:DOLE considéré comme très respectueux de l'environnement?


Présentation De L'association

  • : Blog de Sans Nature Pas De Futur
  • Blog de Sans Nature Pas De Futur
  • : Respect de la Nature et de l'environnement sur la commune de Montalieu-Vercieu 38390 Association de protection de l’environnement et de la santé en Rhône-Alpes. Risques liés aux déchets industriels dangereux proches habitations
  • Contact