Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 20:36



« Nous voulons que la société joue la transparence. » Daniel Oriol ne cache pas sa détermination. Le secrétaire du CHSCT (comité hygiène, sécurité et conditions de travail) de la société Trédi souhaite dénoncer des dysfonctionnements relevés lors de l'incident du 15 juillet sur le site salaisien de Trédi.

« Avec les autres membres du CHSCT, nous avons effectué une analyse du sinistre. » Ils affirment avoir mené une véritable enquête à l'issue de laquelle plusieurs points noirs sont ressortis.

Un stockage inadéquat

« D'abord, ces déchets n'auraient pas dû être acceptés par la direction, du moins pas dans ce conditionnement. » Pour Daniel Oriol, Trédi a la capacité de traiter ce type de déchets, « nous avons la filière (celle mise en place pour traiter les déchets du Probo Koala en Côte-d'Ivoire, ndlr), le souci est qu'ils ne sont pas arrivés dans le conditionnement adéquat. Il aurait fallu des fûts de 30 kilos. Là ils sont arrivés dans des "big-bags" de plusieurs centaines de kilos. »

Pour le secrétaire, l'explication est simple : « Trédi a subi la pression du client et de la Dreal (Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement  Et puis, il y a la course aux résultats où il n'y a que le fric qui compte ! »

« La direction minimise l'incident »

Toujours selon Daniel Oriol, « à partir du moment où ces "big-bags" sont arrivés dans la filière, il y a eu des réactions : des dégagements de gaz se sont produits. Aussitôt, la direction a arrêté le processus. La décision a alors été prise de les stocker, en attendant... » Ils ont alors été entreposés sur une plateforme de stockage à l'extérieur.

Deuxième dysfonctionnement pour le CHSCT : « Le personnel du laboratoire a alerté la direction que ce stockage était inadéquat avec un vrai risque d'embrasement et d'émission de gaz. Mais ils n'ont pas été écoutés. » Et les faits leur ont donné raison semble-t-il : « Un orage a éclaté le 15 juillet au matin et les produits qui étaient à l'air libre, et connus pour réagir à l'eau, ont émis des gaz ! »

Troisième point noir : « Contrairement à ce que la direction de Trédi a affirmé, il ne s'agissait pas de simple vapeur d'eau : il y a eu un dégagement de chlore, affirme Daniel Oriol. Du personnel a été incommodé avec des irritations au niveau des yeux et des voies respiratoires. Et ce, malgré leurs protections. »


Du chlore présent dans le nuage

À la suite de l'embrasement des produits chlorés, le POI (Plan d'opération interne) a été déclenché. « L'incident est arrivé vers 5 h 30 et on estime que le POI a dû être déclenché vers 6 h 30, mais nous n'arrivons pas à savoir l'horaire exact. Ensuite les secours qui ont été rapidement présents ne sont intervenus pour noyer le produit qu'à 10 h 30. D'après ce que l'on m'a expliqué, du temps a été perdu avec les procédures. Et vers 10 h 30, le constat des pompiers a été que de la vapeur d'eau se dégageait des pastilles de chlore ! Mais de 5 h 30 à 10 h 30, à mon avis, la diffusion du chlore avait largement le temps de se faire. Pour nous, la direction minimise l'incident ! Mais je veux bien reconnaître qu'une fois le POI déclenché, elle perdait la main au profit du préfet. Il faut toutefois dire la vérité aux gens. Je pense que ce n'est que comme ça que nous sommes crédibles. »

Face à ces constats, Daniel Oriol a proposé à la direction d'intégrer le périmètre de la plateforme chimique de Roussillon afin de « pouvoir bénéficier de leur service médical et de leurs pompiers. »


REPÈRES
Trédi
Le site de Trédi à Salaise-sur-Sanne accueille un incinérateur qui traite notamment des ordures ménagères, mais aussi toutes sortes de déchets dont les plus célèbres restent ceux issus de la pollution du Probo Koala en Côte-d'Ivoire.
L'incident du 15 juillet
Le 15 juillet dernier, vers 5 h 45, l'alerte est donnée sur le site de Trédi. 15 m² de déchets de pastilles de chlore ont réagi vraisemblablement à un violent orage et dégagé d'épaisses fumées blanches. Le POI est déclenché.
Et les personnels des sites voisins de Trédi sont soit confinés soit évacués (voir notre édition du 16 juillet).

 

Frédérique VUILLAUME
Paru dans l'édition 38B du 26/09/2009 (350f1102-a8fc-11de-b14b-70a94f62bb06)

Partager cet article

Repost 0
Published by Sans Nature pas de Futur - dans Articles de presse
commenter cet article

commentaires

Présentation De L'association

  • : Blog de Sans Nature Pas De Futur
  • Blog de Sans Nature Pas De Futur
  • : Respect de la Nature et de l'environnement sur la commune de Montalieu-Vercieu 38390 Association de protection de l’environnement et de la santé en Rhône-Alpes. Risques liés aux déchets industriels dangereux proches habitations
  • Contact