Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 20:24

Pour la direction de Trédi, « ce qui a été mis en place n'a visiblement pas été suffisant »

      

Du côté de la direction de Trédi, on veut plutôt jouer l'apaisement. Sans remettre spécialement en cause les accusations des membres du CHSCT, la société tente d'y répondre point par point.


Des analyses préalables effectuées par le laboratoire de Trédi

Sur l'acceptation même de ces déchets, la direction rappelle la procédure inhérente à chaque traitement : « Nous avons analysé dans notre laboratoire un échantillon de ces déchets avant de les accepter. Or, aucun problème d'inflammabilité ni de réaction à l'eau n'a été détecté dans ces analyses préalables. »

Même si, reconnaît-elle, elle avait connaissance que ce stock de pastilles provenait d'un incendie survenu le 2 juillet dans la Drôme.

Effectivement le conditionnement ne semblait pas être idéal pour la société mais « dans la mesure où il n'était pas possible de les conditionner rapidement sur place dans de petits fûts, ces produits ont été acheminés jusqu'à notre site en "big-bag". »

La direction avoue également qu'un essai a été tenté sur la filière des "déchets ivoiriens" mais « il n'a pas été concluant. Donc, l'idée de départ de reconditionnement en fûts de 30 litres a été reprise. »

Ils ont alors été effectivement stockés sur une plateforme à l'extérieur. « L'équipe apte à se charger de ce reconditionnement n'est pas sur le site de Salaise et nous devions l'attendre. Les déchets ont donc été bâchés pour les protéger de l'humidité. »

Mais la météo n'a pas été clémente pour la société. « Il y a eu ce fort orage et sans doute un coup de vent plus fort est à l'origine du problème, on ne sait pas vraiment. Et les déchets ont répondu à l'humidité par une réaction exothermique. On pouvait s'y attendre parce qu'il y avait eu une réaction déjà chez le client mais c'est justement pour cela que nous avions pris la précaution de bâcher les "big-bags". Mais visiblement ce que nous avons mis en place n'a pas été suffisant. »

 

« C'est vrai, l'analyse du nuage n'a pas été faite immédiatement »

Concernant la remarque des employés du laboratoire, sur les risques d'embrasement des produits ainsi stockés, la réponse est circonspecte : « La remarque est sûrement intervenue avant le bâchage, donc nous l'avons prise en compte. »

Enfin sur l'émanation de chlore, la direction précise que le POI (Plan d'opération interne) ayant été déclenché vers 6 h 30, « l'analyse du nuage n'a pas été faite immédiatement c'est vrai, mais elle dépendait des pompiers, donc c'est avec eux qu'il faut voir. » Des pompiers qui ont effectivement signalé « des fumées composées essentiellement de vapeur d'eau ».

Trédi n'a donc pas fait d'analyse et celle réalisée par les pompiers n'est effectivement pas intervenue dès les premières minutes de l'incident. « Mais ce qui est important, c'est qu'à partir du moment où le PC a été mis en place, tout le monde a été mis en sécurité et personne n'a été en contact avec le nuage. À ce jour, nous n'avons toujours pas eu de retour de personne incommodée. »


F.Vu.
Paru dans l'édition 38B du 26/09/2009 (5cc940fc-a92c-11de-8cd6-96d73c7c4769)

Partager cet article

Repost 0
Published by Sans Nature pas de Futur - dans Articles de presse
commenter cet article

commentaires

Présentation De L'association

  • : Blog de Sans Nature Pas De Futur
  • Blog de Sans Nature Pas De Futur
  • : Respect de la Nature et de l'environnement sur la commune de Montalieu-Vercieu 38390 Association de protection de l’environnement et de la santé en Rhône-Alpes. Risques liés aux déchets industriels dangereux proches habitations
  • Contact