Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mai 2017 1 29 /05 /mai /2017 11:56

Depuis 2015, nous avons appris grâce aux Canard Enchainé et à Médiapart que CHIMIREC/APROCHIM avait, depuis 2011  comme représentant à l'international, le député T. SOLERE, avec un salaire de 12 000 euros/mois ...

On comprend mieux pourquoi la France devient la poubelle du monde entier !

Grez-en-Bouère Aprochim./ CHIMIREC

 

Les élus de Bouère s'opposent au développement international de l'entreprise.

Face au développement d'Aprochim, avec le traitement de transformateurs algériens ou boliviens, notamment, la mairie de Bouère s'associe aux opposants. Explications:

Mercredi 10 juin 2015, la société Aprochim, filiale du groupe CHIMIREC, a présenté un bilan de son fonctionnement récent ainsi que ses perspectives de développement pour l’année 2015.

Un développement qui passe par l’international.

En effet, comme déjà annoncé auparavant, Aprochim a obtenu l’autorisation de traiter

des transformateurs provenant d’Algérie et de Bolivie. Il s’avère que la liste s’est élargie avec

la Turquie, la Bosnie ainsi que l’Égypte. « Cela représente une augmentation de 32 %

de la production totale 2 014 et des concentrations en PCB décuplées », s’alarme le

collectif PCB53, dans un communiqué de presse.

« C’est la goutte de PCB qui fait déborder le transformateur ! »

Les opposants continuent.

Cet inventaire à la Prévert, appelé à s’enrichir rapidement si l’on ne réagit pas,

ne peut être accepté par les riverains et les agriculteurs. Touchés de plein fouet

par des pollutions à répétition, sous séquestres et pour beaucoup non indemnisés…

C’est la goutte de PCB qui fait déborder le transformateur !

Dans leur combat, les associations environnementales engagées dans le collectif ont reçu le

soutien du conseil municipal de Bouère. Celui-ci souhaite « solliciter le préfet de la Mayenne

pour la suspension du traitement des transformateurs venant de Bolivie et d’Algérie ».

Une « marque de soutien très importante », peut-on lire dans le communiqué.

Pour le collectif, le traitement de ces produits hautement contaminés ne peut être envisagé

avant « qu’un véritable test des installations au niveau de production autorisé par l’arrêté

ait été organisé, que la compatibilité de l’entreprise avec le monde agricole soit

démontrée par la contre-expertise menée par les experts de l’INERIS (experts du risque

industriel) et l’ONIRIS (experts vétérinaires), et que les victimes des premières pollutions

aient été indemnisées. »

La préfecture a promis de répondre rapidement à la municipalité de Bouère.

Fabien Chauvel

source : http://www.lesnouvellesdesable.fr/2015/06/11/aprochim-les-elus-de-bouere-sopposent-au-developpement-international-de-lentreprise/

Partager cet article

Repost 0
Published by Sans Nature pas de Futur - dans Aprochim - filiale de CHIMIREC
commenter cet article

commentaires

Présentation De L'association

  • : Blog de Sans Nature Pas De Futur
  • Blog de Sans Nature Pas De Futur
  • : Respect de la Nature et de l'environnement sur la commune de Montalieu-Vercieu 38390 Association de protection de l’environnement et de la santé en Rhône-Alpes. Risques liés aux déchets industriels dangereux proches habitations
  • Contact